Charles Plymell: Le Dernier des Mocassins

https://www.lisez.com/ebook/le-dernier-des-mocassins/9782355847745

Dans le site de l’éditeur: Sonatine éditions

EAN : 9782355847745Façonnage normé : EPUB3DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Dernier des Mocassins

Charles PLYMELL

Le Dernier des Mocassins

Le livre culte du dernier des beats. Enfin ! 
  Né en 1935 au Kansas, Charles Plymell a passé sa jeunesse sur la Route 66. Il a travaillé sur des pipelines, chevauché des taureaux sauvages dans des rodéos, été dynamiteur de montagne, cueilleur de houblon. Entre autres. Ce fut aussi l’un des premiers hipsters du Middle West, abusant de toutes les drogues en vogue à l’époque, du jazz au peyotl. Lorsqu’il s’installe, en 1962, à San Francisco, au carrefour entre Haight et Ashbury, son appartement devient un lieu de passage obligé de la contre-culture naissante. C’est là, lors d’une LSD party, que les écrivains de la Beat generation font la connaissance des hippies. Très vite, Neal Cassady et Allen Ginsberg, qu’il va présenter à Bob Dylan, viennent habiter chez lui. Infatigable animateur du mouvement Beat, il publie des dizaines de revues underground (c’est lui qui découvre Robert Crumb) et de recueils de poésie. 

Le Dernier des mocassins raconte dans un style incomparable cette vie haute en couleur. Charles Plymell le dédie à tous les junkies, psychopathes, freaks, arnaqueurs, criminels, artistes, poètes, homos, flics, cow-boys, camionneurs, ainsi qu’à toutes les petites vieilles qui ont fait le voyage avec lui sur l’autoroute de la Benzédrine.

Benito Vila: CHARLEY PLYMELL: OUTLAW POET & ORIGINAL PUNK

https://pleasekillme.com/charley-plymell-outlaw-poet-punk/

Charley Plymell eating with William Burroughs. Lawrence, Kansas.  Photo by Allen Ginsberg. Courtesy: Allen Ginsberg Estate/Stanford University Libraries.

Charley Plymell eating with William Burroughs. Lawrence, Kansas.  Photo by Allen Ginsberg. Courtesy: Allen Ginsberg Estate/Stanford University Libraries.

Poet, publisher, provocateur and people-connector, Charley Plymell is, like fellow Midwesterner Ed Sanders, a floater among contingents of kindred spirits, from the Beats to the hippies to the punks and back again. Publisher of William S. Burroughs and Herbert Huncke; facilitator of the first issue of R. Crumb’s Zap Comix; friends with Burroughs, Allen Ginsberg and Neal Cassady, he opens up about his life to PKM’s Benito Vila.

Charming. Gritty. Flat-out. Excitable. Real. Those are words that describe poet Charley Plymell, a somewhat mythic creature who has always been resistant to labels or definition. He is said to have connected the Beats and the Hippies in his San Francisco apartment, although, even today, Plymell remains a rabble-rouser who pre-dates all that cultural branding and simply describes himself as a punk from Wichita. That said, there’s nothing simple about Plymell. He never finished high school yet he earned a graduate writing degree from Johns Hopkins. At age 13, he drove from his father’s house in South Dakota to his mother’s house in Kansas and kept on going, working jobs throughout the West. He later published William S. Burroughs, R. Crumb, Herbert Huncke and Janine Pommy Vega long before those names were ever said with the sort of reverence they get now.

Read the whole article in the site of the publisher: https://pleasekillme.com/charley-plymell-outlaw-poet-punk/

José Altimiras: Le premier train du Centre du Monde (1859-2019)

VOIX éditions vient de publier Le premier train du Centre du Monde (1859-2019), de José ALTIMIRAS.

https://www.ouillade.eu/culture/perpignan-une-equipe-creative-au-centre-del-mon/196987 Perpignan : une équipe créative au Centre del Mon !

Composée de José ALTIMIRAS , Jean CASAGRAN , Richard MEIER et Michelle PERNELLE, une équipe de choc pour une exposition formidable au Centre du Monde ! Une belle histoire qui retrace les hommes, les bâtiments et les voyageurs de ce secteur de la ville

Exposition intitulée : le premier train du Centre du Monde /1859 – 2019 /pour fêter les 160 ans de l’arrivée du Chemin de Fer à Perpignan dans le quartier gare… Surréaliste, non ?
A découvrir dans le hall de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM), à Saint-Assiscle jusqu’à fin décembre.
Photographies d’archives et cartes postales inédites de ce quartier (découvertes dans le fond des archives municipales) croquées par l’artiste José ALTIMIRAS et la complicité de VOIX éditions.
Pres de neuf mois de travail, afin de réaliser plus de quarante planches originales, exposées et redessinées par l’artiste.
Mais également, un livret, format à l’italienne, de cartes postales de tous les tableaux.
Comme le soulignait lors du vernissage Chantal GOMBERT, maire-adjoint du territoire Ouest (incluant le secteur gare) :
« de la locomotive à vapeur au TGV (Train à Grande Vitesse) ce quartier des faubourgs de Perpignan, a connu un essor florissant au cours du siècle dernier. Maisons bourgeoises (signée DORPH PETERSEN, avec la maison DRANCOURT) entreprises florissantes – papier à cigarette NIL- (usine de papier à cigarette de Joseph BARDOU) ,entrepôts d’expéditeurs (CARBONEL, DOUDON, PARE, DRANCOURT…), courtiers en vin, grossistes en fruits et légumes : la proximité de la gare en a fait un quartier important de Perpignan.
Et en 1965, souvenons-nous, l’artiste peintre de génie et maître du Surréalisme DALI descendait du train précédant GALA et leur escorte sous les vivas et Calpintar… Le maître proclamait alors la gare de Perpignan : Centre du Monde !
Ainsi que le soulignait également Jean-Marc PUJOL, maire et président de PMM, « avec l’activité économique de ces dernières années et la commercialisation terminée des locaux du Centre del Mon, ces espaces vont redonner de l’activité économique et de l’attractivité à ce quartier ».
Avec cette belle exposition, de photographies et cartes postales inédites retravaillées en quarante trois dessins originaux, toutes les générations vont prendre du plaisir à la découvrir, en parcourant les textes qui vous emmènent faire un joli voyage…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est MONDE.jpg
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est jose-ALTIMIRAS-1024x683.jpg

Tags: Centre del Mon, Chantal Gombert, exposition, Jean-Marc Pujol, Jezan Casagran, José Altimiras, le premier train du Centre du Monde /1859 – 2019, Michelle Pernelle, Richard Meier

Dossier dreamachine / machine à rêver

J’ai rassemblé dans un dossier les informations sur les expérimentations réalisées avec la dreamachine, depuis 1997, dans un fichier pdf, en ligne dans La sémantique générale pour les nuls , en ligne à https://www.semantiquegenerale.net/dossier_dreamachine.pdf

J’y ai ajouté les liens sur les articles scientifiques récents publiés dans Nature et Science Alert sur les utilisations dans les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

The Big Issue: J Warwick Sweeney: La société doit repenser son approche de la toxicomanie

Qu’est-ce que The Big issue https://www.youtube.com/watch?v=kYO-TeBzYWY&feature=youtu.be

The Big Issue existe pour démanteler la pauvreté en créant des opportunités.
Nous le faisons grâce à des solutions d’auto-assistance, de trading social et d’entreprise.

https://www.bigissue.com/culture/books/j-warwick-sweeney-society-must-rethink-its-approach-to-addiction/

Traduction française: Google Traduction

J Warwick Sweeney salue le travail de pionnier de son grand-père dans la thérapie de la toxicomanie. Mais il croit que ses méthodes socialement conscientes ont été abandonnées en raison de la cupidité des entreprises 6 septembre 2019 Par J Warwick Sweeney

On pourrait dire que les histoires derrière mon livre Hardy Tree ont atterri sur mes genoux – je suis, après tout, le petit-fils de son sujet John Yerbury Dent, autrefois connu comme un pionnier des thérapies de la toxicomanie. Mais je mentirais si je disais que c’était facile; être fidèle à ce qui s’est réellement passé était essentiel, mais j’ai également ressenti un besoin impérieux de rendre justice à l’histoire et à son message politique. Comme nous tous, j’en ai connu beaucoup qui ont été victimes de la toxicomanie et de ses conditions connexes; les dépressions et les angoisses. Et bien sûr, Dent étant mon grand-père, j’ai ressenti un profond malaise face à l’augmentation exponentielle de la souffrance que personne ne semble actuellement capable d’arrêter.

J’en ai discuté avec ma mère et elle m’a donné les mémoires de son père et des tas de manuscrits inédits. J’ai demandé conseil à des spécialistes de la toxicomanie d’aujourd’hui pour voir s’ils pouvaient aider à donner un sens à tout cela. Ce que j’ai vite compris, c’est que ce qui manque aujourd’hui, c’est tout sens de la probité morale ou éthique. La médecine, en particulier dans le domaine des maladies psychosociales, est dominée par la pharma et la bureaucratie, ce qui ne peut qu’aggraver les choses. Mon grand-père maternel symbolisait l’opposé polaire de cette culture de la «pilule par jour». Et quant aux spécialistes de la toxicomanie d’aujourd’hui? Certains d’entre eux peuvent se mettre à la place de Dent, mais je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui soit vraiment capable de les lacer.

Face à cela, je devais simplement expliquer le fossé entre l’approche et la philosophie de mon grand-père et l’idiotie bureaucratique surdimensionnée d’aujourd’hui; l’énorme trou que cela représente en termes de prestations sociales, les communautés détruites, les sans-abri, les toxicomanes et la conséquence mondiale inévitable, les innombrables millions de morts sans voix.

Il s’agit d’une histoire politique très troublante et j’ai réalisé, probablement un peu tard dans la journée, que mon grand-père et moi partageons une profonde sensibilité politique, une préférence pour la politique ascendante basée sur une gestion des connaissances. Parmi son fouillis d’écrits, j’ai trouvé une lettre à un ami éditeur. Il a écrit: «Je me méfie de toute autorité lorsqu’elle est incontrôlée d’en bas.» Cela me l’a emporté. Mon grand-père était un social-démocrate qui appelait à une meilleure compréhension de la toxicomanie précisément parce que cela profiterait à la société.

C’est donc une triste ironie que ses connaissances aient été négligées par les fraternités médicales et politiques. Pourtant, il n’a jamais été aussi critique pour la société de repenser la direction actuelle du voyage. Nos lois sur les drogues n’ont pas atténué la menace de la toxicomanie, elles l’ont permis. C’est la conséquence d’un gouvernement autocratique, où règne une culture de lobbying en faveur des intérêts des entreprises, plutôt qu’un sentiment de probité éthique.

Andrew faisait allusion au pouvoir extraordinaire du cerveau d’intercéder en notre nom

Mon grand-père avait utilisé un médicament appelé apomorphine pour sevrer les gens de leurs dépendances biochimiques. J’ai cherché le professeur Andrew Lees de l’UCL, qui a utilisé avec succès l’apomorphine pour soulager les symptômes de ceux qui souffrent de la maladie de Parkinson. Je ne me sentais pas très bien moi-même, je venais de tomber à 150 pieds d’une falaise à Snowdonia. Andrew était curieux.

« Comment c’était? », A-t-il demandé.

« Eh bien, vous pourriez penser que dans les airs, vous deviendriez rigide de peur, mais étrangement le contraire s’est produit. Je me suis relaxé! »

« Tu es tombé comme un bébé? » Suggéra-t-il.

« Oui, je suppose. »

« Alors vous avez un aperçu. » Andrew sourit.

Andrew faisait allusion au pouvoir extraordinaire du cerveau d’intercéder en notre nom. En une fraction de seconde, il peut fermer notre conscience, notre «cerveau avant» et s’appuyer sur les voies du «cerveau arrière». D’une manière particulière, je faisais face, dans des circonstances bizarres, à une autre dimension de l’appréciation de mon grand-père pour la neurologie, que la véritable puissance du cerveau n’est pas notre côté exécutif, le cortex, mais le système limbique du cerveau arrière. Depuis ce jour, Andrew est devenu un personnage important dans ma détermination à mettre en lumière les batailles que mon grand-père fidèle a eues tout en essayant de diffuser les causes de la dépendance et comment réduire son emprise sur la société.

Au sein de ma famille, nous avons grandi en «sachant» que mon grand-père était athée. Au cours de mes recherches sur Hardy Tree, ce récit n’a pas semblé convaincant, en particulier lorsque j’ai réalisé que ses propres parents avaient été très spirituels, sinon religieux.

« Votre père était Quaker, n’est-ce pas? » Ai-je dit un jour à ma mère et à ma tante. Ma mère a gratté les couches d’un souvenir défaillant…. «Oh oui», se souvient-elle, «Un jour, juste avant une affaire mineure dans laquelle j’ai dû témoigner, il m’a appelé. « Chéri, » dit-il, « n’oublie pas que tu peux affirmer, tu sais? » « 

Je savais peu de choses sur le quakerisme, mais je savais que dans un tribunal, les quakers n’ont pas à jurer sur la Bible. Les Quakers sont également des réformateurs sociaux farouchement résolus, prônant des pratiques de bénéfice mutuel grâce à la coopération. Il était immédiatement clair que les principes Quaker; La simplicité, le pacifisme, l’intégrité, la communauté, l’égalité et la gérance – ÉPICES – avaient éclairé l’approche de mon grand-père en matière de doctorisation. Tout sur lui; sa politique, ses convictions et sa pratique médicale se sont soudainement alignées et tout s’est mis en place. Et Hardy Tree a commencé à fleurir.
J Warwick Sweeney’s Hardy Tree – A Doctor’s Bible est maintenant disponible (Bracketpress, 30 £), disponible directement sur bracketpress.co.uk

Pour aller plus loin

Documentation sur le traitement à l’apomorphine du Dr John Dent

The Big Issue: J Warwick Sweeney: Society must rethink its approach to addiction

What is The Big issue https://www.youtube.com/watch?v=kYO-TeBzYWY&feature=youtu.be

The Big Issue exists to dismantle poverty by creating opportunity

We do so through self-help, social trading and business solutions.

https://www.bigissue.com/culture/books/j-warwick-sweeney-society-must-rethink-its-approach-to-addiction/

J Warwick Sweeney hails his grandfather’s pioneering work in addiction therapy. But he believes his socially-conscious methods have been cast aside due to corporate greedSeptember 6, 2019By J Warwick Sweeney

It could be said the stories behind my book Hardy Tree landed in my lap – I am, after all, the grandson of its subject John Yerbury Dent, once known as a pioneer of addiction therapies. But I’d be lying if I said it was easy; being faithful to what actually happened was critical, but I also felt a compelling need to do the story and its political message justice. Like all of us I have known many who have fallen victim to addiction and its allied conditions; the depressions and anxieties. And of course, with Dent being my grandfather, I felt an acute sense of unease at the exponential rise in suffering that nobody currently seems capable of arresting.

I discussed this with my mother and she gave me her father’s memoirs and piles of unpublished manuscripts. I sought counsel among today’s addiction specialists to see if they could help make sense of it all. What I soon realised is that what is missing today is any sense of moral or ethical probity. Medicine, particularly in the field of the psycho-social diseases, is dominated by pharma and bureaucracy, which can only result in things getting worse. My maternal grandfather symbolised the polar opposite of this ‘pill-a-day’ culture. And as for today’s addiction specialists? Some of them may stand in Dent’s shoes but I have yet to meet one who is truly capable of lacing them.

Confronting this I simply had to explain the gulf between my grandfather’s approach and philosophy and the over-medicalised red-tape idiocy of today; the huge hole that this represents in terms of social provision, the destroyed communities, the homelessness, the addicted and the inevitable worldwide consequence, the countless millions of voiceless dead.

This is a very troubling political story and I realised, probably a bit late in the day that my grandfather and I share a profound political sensibility, a preference for bottom-up politics based on a stewardship of knowledge. Amongst his jumble of writings I found a letter to a publishing friend. He wrote, “I am suspicious of all authority when it is uncontrolled from below.” This clinched it for me. My grandfather was a social democrat who appealed for greater understanding surrounding addiction precisely because it would benefit society. 

It is a sad irony therefore that his knowledge has been neglected by the medical and political fraternities. Yet never has it been more critical for society to rethink the current direction of travel. Our drug laws haven’t mitigated the threat of addiction, they have enabled it. This is the consequence of autocratic government, where a lobbying culture in favour of corporate interests prevail, rather than any sense of ethical probity. 

Andrew was hinting at the brain’s extraordinary power to intercede on our behalf

My grandfather had used a drug called apomorphine to wean people off their biochemical dependencies. I sought out Professor Andrew Lees at UCL, who has successfully used apomorphine to provide symptomatic relief to those suffering from Parkinson’s disease. I wasn’t feeling very well myself, having just fallen 150ft off a cliff in Snowdonia. Andrew was curious.

“What was that like?” he asked.

“Well, you might think that in mid-air you’d go rigid with fear, but strangely the opposite happened. I relaxed!”

“You fell like a baby?” he suggested.

“Yes, I suppose so.”

“Then you have insight.” Andrew smiled.

What Andrew was hinting at is the brain’s extraordinary power to intercede on our behalf. In a split second it can shut down our consciousness, our ‘front brain’, and rely on ‘back brain’ pathways. In a peculiar way I was confronting, through bizarre circumstances, a further dimension of my grandfather’s appreciation of neurology, that the real powerhouse of the brain is not our executive side, the cortex, but the back-brain limbic system. Since that day Andrew has become a significant figure in my determination to bring to light the battles my steadfast grandfather had while trying to broadcast the causes of addiction and how to reduce its grip on society.

Within my family we grew up ‘knowing’ that my grandfather was an atheist. During my research into Hardy Tree this account appeared unconvincing, particularly when I realised his own parents had been highly spiritual, if not religious.

“Your father was a Quaker, wasn’t he?” I said one day to my mother and aunt. My mother scraped away the layers of a failing memory…. “Oh yes,” she recalled, “One day, just before a minor court case in which I had to testify he rang me up. ‘Darling,’ he said, ‘don’t forget you can affirm, you know?’”

I knew little about Quakerism but did know that in a court of law Quakers do not have to swear on the Bible. Quakers are also fiercely resolute social reformers, advocating practices of mutual benefit through cooperation. It was immediately clear that the Quaker principles; Simplicity, Pacifism, Integrity, Community, Equality and Stewardship – SPICES – had informed my grandfather’s approach to doctoring. Everything about him; his politics, convictions and medical practice were suddenly aligned and everything fell into place. And Hardy Tree began to blossom.

J Warwick Sweeney’s Hardy Tree – A Doctor’s Bible is out now (Bracketpress, £30), available direct from bracketpress.co.uk

Illustration: Joseph Joyce

Résultat de recherche d'images pour "The big issue"

Pour aller plus loin

Documentation sur le traitement à l’apomorphine du Dr John Dent

Podcast: Hardy Tree by J Warwick Sweeney

Here’s a recent podcast to do with the book, there’s some interesting recordings from the period unearthed by Jim Pennington, on line at http://williamenglish.com/hardy-tree/

Guests on Wavelength this week; Jim Pennington, publisher at aloes books, and J. Warwick Sweeney, author of “Hardy Tree”, an intriguing memoir of pioneering addiction therapist Dr John Yerbury Dent (Warwick being Dent’s grandson) and featuring the time Dent treated the iconic author William S. Burroughs for opiate addiction, published by Bracket Press in September 2019 https://www.bigissue.com/culture/books/j-warwick-sweeney-society-must-rethink-its-approach-to-addiction

Pour aller plus loin

Documentation sur le traitement à l’apomorphine du Dr John Dent