Debbie Harry: « Face it » sur France culture

France culture vient de diffuser une interview de Debbie Harry dans Affaires culturelles d’Arnaud Laporte, (à réécouter ici), à l’occasion de la sortie en français de sa biographie, Face it, publiée chez HarperCollins https://www.harpercollins.fr/livre/13443/harpercollins/face-it-l-autobiographie

A voir également le long article que Pauline Richard lui consacre dans Section26 https://section-26.fr/debbie-harry-face-it-harper-collins/ et qui contient des vidéos d’une rétrospective de sa carrière.

Video of Stella Matutina English edition on YouTube

Best wishes for 2021 from Interzone Editions with this video of the whole text of Stella Matutina in English edition, with music and special effects https://youtu.be/1CAfF95lDwI

It contains more effects than the video of the French edition, as I created it afterwords, and still am a newbie with the video editor.
Views preferably in full screen, with the sound.
Each image lasts 7 seconds, a too short time for a complete reading of the pages. So to read the whole text, interrupt the video on the page to read and start it again to go to the next page.
Stella Matutina is also available in printed edition and free pdf format https://www.interzoneeditions.net/stellamatutina/
Happy new year !😊

Interzone Éditions sur facebook

Français

J’ai créé une page facebook publique en ligne à https://www.facebook.com/Interzone-Editions-1632250197009741/ dans laquelle je publie les mises à jour et nouvelles des activités et des sites.

Vous y êtes les bienvenus, n’hésitez pas vous plonger dans le dédale des sites et la documentation gratuite en ligne, et à la partager.

(Précision: « Partager », ne signifie pas « vous approprier », ni « détourner », ni « faire des présentations mensongères », etc., car cette documentation est protégée par des droits d’auteurs, à moins, bien entendu, que dans votre grande bonté, vous projetiez de me payer dans un éventuel futur les pénalités financières généralement prévues par la loi française dans ce genre de circonstance  )

English

I have created a facebook public page on line at https://www.facebook.com/Interzone-Editions-1632250197009741/ in which I publish the updatges and news of the activities and the sites.

You ar e welcome, feel free to immerse yourself in the maze of the sites and the documents and books in free access, and to share it.

(To make it clear: « Share » does not mean « appropriate » nor « hijack », nor « falsely present », etc., as this material is protected by copyrights, unless, of course, in your great generosity, you might foresee to pay me in a possible future the penalties generally provided by French legislation in such circumstances. )

 

 

Central Hôtel: mise à jour

https://www.interzoneeditions.net/central_hotel/

José ALTIMIRAS & Guy MARCENAC

D’après le roman policier d‘André HELENA

Bande dessinée: intérieur noir et blanc.

Dessins: José ALTIMIRAS

Scénario: Guy MARCENAC

ISBN 979-10-94889-00-8 – EAN 9791094889008

Version imprimée: format: 21 x 29,7 cm (A4) – 51 pages – 19 €

En édition électronique sur Amazon  : 3,51 €

José Altimiras

Le Taxidermiste

Les différentes étapes de l’évolution de l’Occident: Aristote, Descartes, Korzybski, trois visions de l’homme et du monde (2020)

Aristote, Descartes et Korzybski chez Dali collage © Jean-Louis Baudron

Cet article est mis à jour en pdf, avec une présentation moins austère qu’auparavant, à la page https://www.interzoneeditions.net/ADK.pdf

Une version précédente est disponible en anglais : The different steps of evolution of the West : Aristotle, Descartes, Korzybski, three visions of mankind and of the world

À lire d’urgence pour remettre les pendules à l’heure !

Résumé de l’Introduction à la Sémantique Générale de Korzybski

Une version améliorée (2020) de ce résumé, d’après le livre d’Hélène Bulla de Villaret, est en ligne en pdf à https://www.interzoneeditions.net/IntroSGfr.pdf

La page en ligne à http://semantiquegenerale.free.fr/Articles/IntroSGfr.htm ainsi que les versions ultérieures sont obsolètes.

Si vous n’êtes pas familier avec la sémantique générale et qu’à première vue elle vous paraît trop abstraite ou  peu intelligible, les pages 30 à 36 de ce résumé, accessible avec les liens de la table des matières, vous permettront d’en comprendre rapidement l’utilité. 🙂

Galerie Didier Devillez: Meurant, Moerman, une valse à deux temps

https://www.facebook.com/GalerieDidierDevillez/

http://www.galeriedidierdevillez.be/expo.php

Il vous reste deux week-ends pour filer voir à la Galerie Didier Devillez, Georges Meurant et Jean-Luc Moerman, un duo d’artistes venus d’horizons différents et dialoguant en une danse joyeuse et lumineuse. Un deuxième accrochage est prévu du 21 novembre au 19 décembre.
Georges Meurant et Jean-Luc Moerman sont tous les deux fous de couleurs. On connait les peintures sur panneaux de bois carrés de Meurant (Etterbeek, 1948), qu’il peint inlassablement depuis des années, exigeant à montrer comment la lumière fuse du prisme des couleurs. Damiers de couleurs opposées ou complémentaires, toujours posées moelleusement au couteau, ses compositions sont directement inspirées de la broderie d’Afrique Centrale dont il est un spécialiste : rythmes, couleurs, enchaînement des formes les unes aux autres. Sous notre œil, la répétition des formes et le choeur des couleurs font comme un chant rayonnant, à la fois joyeux et très présent. La joie de la peinture.
Plus surprenante est la découverte des peintures de Jean-Luc Moerman (Bruxelles, 1967), venu du monde du street-art et dont tout le monde connait les volutes organiques qu’il a décliné ici, là, puis sur des objets commerciaux. C’est pour échapper à tout ce ramdam que Moerman est retourné à l’atelier, se confronter à la toile. Les petits formats qu’il nous montre sont une danse de la couleur et du mouvement. Si Meurant se livre à la couleur pour s’y baigner, Moerman joue d’abord avec le mouvement. Ses longues arabesques sont encore là. Mais elles ont repris la taille de sa main – directement reliée au cœur. Ainsi, il peut les tracer d’un seul geste, mu par une obligation de peindre pour ne pas crever. Ou par un besoin de peindre pour retrouver l’exultation. Et bien sûr la couleur est là. Les petits formats de l’artiste sont intimistes. Comme des extraits de ce qui l’habite. Certains prennent des aspects presque impressionnistes. Moerman se donne au lyrisme et à la poésie. Ca le change des immenses stickers posés sur les vitrines de magasins. Et notre œil aime à s’y baigner, car on y voit une sensibilité, une profondeur, une quête délicate qu’on avait perdues de vues.
Présentés ensemble, les deux artistes, conversent avec intelligence et précision. Meurant, l’essayiste, chante. Moerman, le street-artist, danse. A deux, ils offrent à voir beaucoup de cohérence, de lumière et de profondeur. Une rencontre qui mérite de nombreuses visites.
Meurant Moerman
Galerie Didier Devillez
53 rue Emmanuel Van Driessche
1050 Bruxelles
Jusqu’au 24 octobre
2ème accrochage du 21 novembre au 19 décembre
galeriedidierdevillez.be

https://www.mu-inthecity.com/meurant-moerman-galerie-didier-devillez