Interzone Éditions: La Vie des Autres N° 3

Le numéro 3 de la revue La Vie des Autres, réalisé au Centre Psychothérapique de Thouars en 1994, est en ligne en format PDF à https://www.interzoneeditions.net/La-Vie-des-Autres3.pdf

Il faisait suite à la revue Objectifs (1984-1987), dont les 7 numéros sont en ligne à la page Bibliothèque gratuite d’Interzone Éditions.

Interzone Éditions: bibliothèque gratuite

L’Envolée du Livre de Bord – collage © Jean-Louis Baudron

En ligne à https://www.interzoneeditions.net/bibliotheque-gratuite/

Interzone Éditions présente une documentation gratuite en ligne, en pdf pour la plupart des documents, dans les domaines suivants:

* Livres d’Interzone Éditions

*Documents de recherche

* Sémantique générale

*Matériel pédagogique

*Illustrations

Bien que mis gratuitement à disposition du public, cette documentation est soumise aux droits d’auteur. Si vous en citez des extraits, mentionner l’auteur, le titre et l’adresse internet.

Bonne lecture !

Dossier dreamachine / machine à rêver

J’ai rassemblé dans un dossier les informations sur les expérimentations réalisées avec la dreamachine, depuis 1997, dans un fichier pdf, en ligne dans La sémantique générale pour les nuls , en ligne à https://www.semantiquegenerale.net/dossier_dreamachine.pdf

J’y ai ajouté les liens sur les articles scientifiques récents publiés dans Nature et Science Alert sur les utilisations dans les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

The Big Issue: J Warwick Sweeney: Society must rethink its approach to addiction

What is The Big issue https://www.youtube.com/watch?v=kYO-TeBzYWY&feature=youtu.be

The Big Issue exists to dismantle poverty by creating opportunity

We do so through self-help, social trading and business solutions.

https://www.bigissue.com/culture/books/j-warwick-sweeney-society-must-rethink-its-approach-to-addiction/

J Warwick Sweeney hails his grandfather’s pioneering work in addiction therapy. But he believes his socially-conscious methods have been cast aside due to corporate greedSeptember 6, 2019By J Warwick Sweeney

It could be said the stories behind my book Hardy Tree landed in my lap – I am, after all, the grandson of its subject John Yerbury Dent, once known as a pioneer of addiction therapies. But I’d be lying if I said it was easy; being faithful to what actually happened was critical, but I also felt a compelling need to do the story and its political message justice. Like all of us I have known many who have fallen victim to addiction and its allied conditions; the depressions and anxieties. And of course, with Dent being my grandfather, I felt an acute sense of unease at the exponential rise in suffering that nobody currently seems capable of arresting.

I discussed this with my mother and she gave me her father’s memoirs and piles of unpublished manuscripts. I sought counsel among today’s addiction specialists to see if they could help make sense of it all. What I soon realised is that what is missing today is any sense of moral or ethical probity. Medicine, particularly in the field of the psycho-social diseases, is dominated by pharma and bureaucracy, which can only result in things getting worse. My maternal grandfather symbolised the polar opposite of this ‘pill-a-day’ culture. And as for today’s addiction specialists? Some of them may stand in Dent’s shoes but I have yet to meet one who is truly capable of lacing them.

Confronting this I simply had to explain the gulf between my grandfather’s approach and philosophy and the over-medicalised red-tape idiocy of today; the huge hole that this represents in terms of social provision, the destroyed communities, the homelessness, the addicted and the inevitable worldwide consequence, the countless millions of voiceless dead.

This is a very troubling political story and I realised, probably a bit late in the day that my grandfather and I share a profound political sensibility, a preference for bottom-up politics based on a stewardship of knowledge. Amongst his jumble of writings I found a letter to a publishing friend. He wrote, “I am suspicious of all authority when it is uncontrolled from below.” This clinched it for me. My grandfather was a social democrat who appealed for greater understanding surrounding addiction precisely because it would benefit society. 

It is a sad irony therefore that his knowledge has been neglected by the medical and political fraternities. Yet never has it been more critical for society to rethink the current direction of travel. Our drug laws haven’t mitigated the threat of addiction, they have enabled it. This is the consequence of autocratic government, where a lobbying culture in favour of corporate interests prevail, rather than any sense of ethical probity. 

Andrew was hinting at the brain’s extraordinary power to intercede on our behalf

My grandfather had used a drug called apomorphine to wean people off their biochemical dependencies. I sought out Professor Andrew Lees at UCL, who has successfully used apomorphine to provide symptomatic relief to those suffering from Parkinson’s disease. I wasn’t feeling very well myself, having just fallen 150ft off a cliff in Snowdonia. Andrew was curious.

“What was that like?” he asked.

“Well, you might think that in mid-air you’d go rigid with fear, but strangely the opposite happened. I relaxed!”

“You fell like a baby?” he suggested.

“Yes, I suppose so.”

“Then you have insight.” Andrew smiled.

What Andrew was hinting at is the brain’s extraordinary power to intercede on our behalf. In a split second it can shut down our consciousness, our ‘front brain’, and rely on ‘back brain’ pathways. In a peculiar way I was confronting, through bizarre circumstances, a further dimension of my grandfather’s appreciation of neurology, that the real powerhouse of the brain is not our executive side, the cortex, but the back-brain limbic system. Since that day Andrew has become a significant figure in my determination to bring to light the battles my steadfast grandfather had while trying to broadcast the causes of addiction and how to reduce its grip on society.

Within my family we grew up ‘knowing’ that my grandfather was an atheist. During my research into Hardy Tree this account appeared unconvincing, particularly when I realised his own parents had been highly spiritual, if not religious.

“Your father was a Quaker, wasn’t he?” I said one day to my mother and aunt. My mother scraped away the layers of a failing memory…. “Oh yes,” she recalled, “One day, just before a minor court case in which I had to testify he rang me up. ‘Darling,’ he said, ‘don’t forget you can affirm, you know?’”

I knew little about Quakerism but did know that in a court of law Quakers do not have to swear on the Bible. Quakers are also fiercely resolute social reformers, advocating practices of mutual benefit through cooperation. It was immediately clear that the Quaker principles; Simplicity, Pacifism, Integrity, Community, Equality and Stewardship – SPICES – had informed my grandfather’s approach to doctoring. Everything about him; his politics, convictions and medical practice were suddenly aligned and everything fell into place. And Hardy Tree began to blossom.

J Warwick Sweeney’s Hardy Tree – A Doctor’s Bible is out now (Bracketpress, £30), available direct from bracketpress.co.uk

Illustration: Joseph Joyce

Résultat de recherche d'images pour "The big issue"

Pour aller plus loin

Documentation sur le traitement à l’apomorphine du Dr John Dent

Podcast: Hardy Tree by J Warwick Sweeney

Here’s a recent podcast to do with the book, there’s some interesting recordings from the period unearthed by Jim Pennington, on line at http://williamenglish.com/hardy-tree/

Guests on Wavelength this week; Jim Pennington, publisher at aloes books, and J. Warwick Sweeney, author of “Hardy Tree”, an intriguing memoir of pioneering addiction therapist Dr John Yerbury Dent (Warwick being Dent’s grandson) and featuring the time Dent treated the iconic author William S. Burroughs for opiate addiction, published by Bracket Press in September 2019 https://www.bigissue.com/culture/books/j-warwick-sweeney-society-must-rethink-its-approach-to-addiction

Pour aller plus loin

Documentation sur le traitement à l’apomorphine du Dr John Dent

Hommage du Président de Psy Cause à Roger Gentis

Suite au décès de Roger Gentis, en écho à l’ Hommage au Dr Roger Gentis de Daniel Brandého, voici celui de Jean Paul Bossuat publié dans Psy Cause (6 août 2019). Il contient plusieurs photos, à voir dans le site d’origine en raison de la qualité des images http://www.psycause.info/hommage-du-president-de-psy-cause-a-roger-gentis/

Le 1er août, à l’âge de 91 ans, Roger Gentis nous a quittés.

Lorsque j’étais interne au CHS de Fleury les Aubrais, dans les années 1970, il fut pour moi un Maître. Ce grand psychiatre était une figure de proue du mouvement de la psychothérapie institutionnelle, né à Saint Alban en 1942, à l’époque de la Résistance contre le totalitarisme Nazi. Ce mouvement, à la Libération, s’est engagé dans l’humanisation des hôpitaux psychiatriques en transformant l’institution asilaire en une néo société dans laquelle les malades mentaux devenaient participatifs en tant que personnes. Ce fut l’époque des clubs thérapeutiques, de la formation des infirmiers (en particulier par les stages CEMEA) à l’écoute des patients et à un positionnement relationnel désaliénant, via la grille psychanalytique essentiellement.

Jeune interne, je prenais en charge le journal des patients (l’Echo des Bruyères fondé en 1947), organisait des échanges d’idées associant patients et personnel soignant dans les unités de soins, participait à la revue Vie Sociale et Traitement (VST), ainsi qu’à des stages CEMEA. C’est d’ailleurs de cette époque de formation que s’est forgé mon intérêt pour la communication dans le champ de la psychiatrie.

Roger Gentis était doté d’une grande curiosité pour les nouvelles approches thérapeutiques, telles que la bioénergie, le cri primal, dont l’époque était foisonnante. Il s’engageait surtout résolument dans la seconde phase de la psychothérapie institutionnelle : le retour des patients « dans la cité ». C’est ce qui allait s’appeler la psychiatrie de secteur. Il n’hésitait à venir dans une salle de cinéma pour parler de la psychose avec un public. Et il faisait salle comble. Il était également un fervent militant de l’UNAFAM (mouvement associatif des familles de malades mentaux).

La suite de l’article dans le site de Psy Cause

A lire également:

En attendant Nadeau : Roger Gentis, un psychiatre qui savait écrire par Patrick Faugeras et Michel Plon

Espace analytique: Décès de Roger Gentis par Claude et Marie Allione

Warwick Sweeney: Hardy Tree

This is an extremely interesting book by Warwick Sweeney, with a foreword by Pr Andrew Lees, on Dr Dent’s treatment of apomorphine, on William Burroughs, and on the evolution of the medical area since the fifties in the domain of drugs and the changes of the nature of relation towards patients in the economical context. Hence, the lightening it brings on those latest decades allows a better understanding of the present goals, very useful to health workers and to potential or actual patients as well.

The edition itself by Bracket Press is very good quality, containing many black and white and color illustrations and original documents, for a cheap price compared to the result.

Isabelle Aubert-Baudron

http://www.bracketpress.co.uk/

HARDY TREE – A Doctor’s Bible
by J. Warwick Sweeney

The current rises in anxiety, depression, mental ill-health and addiction are out of control. In the middle of the 20th century, John Yerbury Dent, a pioneering London doctor from the ‘do no harm’ tradition, campaigned for a deeper understanding of these ailments, better treatments and policies. Few listened.

Hardy Tree is a biographical novel written by Dent’s grandson, J Warwick Sweeney, and plots the life of Dent using the doctor’s own writings; his unpublished memoirs and correspondence.

Towards the end of Dent’s life an anonymous and unfulfilled literary genius suffering from heroin addiction came to London. Knocking at death’s door he was sent to knock on Dent’s. His name: William Seward Burroughs.

Hardy Tree is the previously untold story of Burroughs’ rebirth and the crucial part played by his doctor’s compassion, and the lost art of healing. An inspirational and timely story.

Production details: 215mm x 153mm, 448 pages, litho printed on Munken Premium Cream 90gsm, illustrated (colour + b/w), black endpapers, sewn-section binding with fully blocked cover and printed dust jacket. Limited edition of 500 hand-numbered copies. Weight: 1kg approx.
ISBN 978-1-9996740-3-8. Publishing date: 23 August 2019.
RRP: £30.00 + P&P

This book is only available to pre-order from www.bracketpress.co.uk
at special pre-order price: £23 + P&P.

La machine à rêver à En ces lieux… des livres 2019

Comme lors de ma participation aux festivals d’années précédentes, la dreamachine (machine à rêver) était présente le dimanche 28. Ci-dessous avec Henri Boileau, le 28 août 2019. Pour plus de documentation, voir les documents de recherche effectués par le réseau Interzone, les pages d’Interzone Editions et le livre « Le Temps des Naguals – Autour de Burroughs et Gysin« , en version imprimée ou en pdf.

Voir également les recherches récentes sur l’utilisation des ondes cérébrales dans les articles suivants parus dans des revues scientifiques:

How flashing lights and pink noise might banish Alzheimer’s, improve memory and more (Nature, 18 février 2018) Traduction google approximative: « Comment les lumières clignotantes et le bruit rose pourraient-ils bannir la maladie d’Alzheimer, améliorer la mémoire, etc.

Scientists ‘Clear’ Alzheimer’s Plaque From Mice Using Only Light And Sound (Science alert, 15 mars 2019) « Des scientifiques nettoient la plaque d’Alzheimer chez des souris seulement avec des lumières et des sons » Traduction google approximative

Isabelle AUBERT-BAUDRON, le 28 juillet 2019.  Photo Francine DELAIGLE

Ci-dessous avec Henri Boileau

En ces lieux des livres 2014

En ces lieux des livres 2012: La Nouvelle République, 31 juillet.

Henri Laborit: L’Alchimie de la Découverte (extraits)

Henri Laborit – Fabrice Rouleau

 « L’Alchimie de la Découverte » (Grasset)

–  Extraits  –

PDF

En raison des différents points de vue exprimés sur le net sur le gamma OH et la minaprine (Cantor) , il m’a semblé intéressant de mettre en ligne celui de leur inventeur, le Professeur Henri Laborit, tiré du livre « L’Alchimie de la Découverte », le plus qualifié pour en parler sur une base scientifique.

Des hommes-grenouilles au gamma OH……1

Sur la minaprine Agr 1240 (Cantor) ………….. 9

Pour le meilleur des mondes (extraits) …….. 9

L’inhibition de l’action………………………………… 11

Les propriétaires de sites qui s’approprient ma documentation sur Henri Laborit sont priés de bien vouloir citer leurs sources, à plus forte raison quand ils la détournent  dans des objectifs commerciaux, idéologiques, etc., qui n’ont rien à voir avec le travail de Laborit,  ni avec le mien. Cette documentation est en ligne en accès libre, ce qui signifie qu’elle est accessible à tout le monde. Elle n’a pas pour vocation d’être récupérée ni monopolisée, ni instrumentalisée.

Isabelle Aubert-Baudron

Monsieur B: les pronoms – Enquête sur « des voix dans la tête »

http://www.interzoneeditions.net/MonsieurB.htm

© Isabelle AUBERT-BAUDRON

Extrait de « Psychiatrie : le Carrefour des impasses »

à paraître chez Interzone Editions

(La retranscription de l’enregistrement contenue dans ce chapitre a été réalisée pour la première fois en anglais, en 1982, pour William Burroughs, qui s’intéressait aux discours des schizophrènes entendant des voix dans leurs tête, et effectuait une recherche sur les voix enregistrées par Constantin Raudive et les travaux de Julian Jaynes sur l’esprit bicaméral: voir les chapitres Ça appartient aux concombres : au sujet des voix enregistrées de Raudive, Essais, tome I, 1981, et Freud et l’inconscient, Essais, tome II, 1984, Christian Bourgois Editeur.)

            Monsieur B était un homme d’une cinquantaine d’années. De taille moyenne, il était vêtu au fil des ans d’une veste chinée défraîchie à dominance beige et de pantalons de costume dépareillés. Ses cheveux gris clairsemés étaient coiffés en arrière. Il portait souvent, été comme hiver, un feutre marron.

            Il était arrivé à l’hôpital dès l’ouverture de ce dernier, flanqué de l’étiquette de schizophrène. L’asile départemental où il était interné depuis une quinzaine d’années l’avait transféré dans le cadre de la sectorisation pour qu’il soit rapproché de sa famille. Il avait en effet une femme et deux filles qui habitaient dans les environs, mais n’avaient jamais donné signe de vie depuis son arrivée.

            Les premiers temps, l’hôpital étant ouvert, il avait tenté quelques promenades à pied jusqu’à la ville, promenades qu’il agrémentait d’une halte dans un café pour y boire un verre de vin. A son retour dans le service, il se reprochait tellement son attrait pour les boissons alcoolisées, bien qu’il n’eût jamais bu au point d’être ivre, qu’il mit un terme à ses sorties.

            Depuis, il se cantonnait dans l’enceinte de l’hôpital. Les jours de beau temps, il allait prendre le soleil sur le parking. Ses activités se bornaient à la fréquentation de la cafétéria et à la rédaction de quelques rares articles destinés au journal intérieur à l’établissement dont il gardait précieusement un exemplaire de chaque numéro dans sa chambre. Il en possédait la collection complète. Il finit par interrompre cette occupation et, s’il continuait à acheter le journal, il en cessa la lecture, disant que, comme il ne lisait pas tous les articles, il redoutait la vengeance de ceux qu’il négligeait, leur attribuant une vie et une volonté propre.

            Sa propension à boire du café avait engendré entre le personnel et lui des relations basées sur le contrôle de sa consommation de cette boisson. Comme d’autres hospitalisés, il l’utilisait pour combattre les effets de ses médicaments et emplissait généralement son bol d’une quantité de café égale sinon supérieure au volume d’eau. Devant les limites qui lui étaient posées, il réagissait par de faibles protestations, puis s’en allait en marmonnant, l’air résigné, regagnant sa chambre ou le radiateur du service auquel il s’adossait, observant les allées et venues et chantonnant de temps à autres. Sa discrétion et sa docilité en avaient fait un des oubliés du service. Ses relations avec les psychiatres se bornaient à une poignée de main quotidienne.

            Il entretenait avec les autres hospitalisés des contacts la plupart du temps courtois; avec certains il évoquait son passé dans l’armée, la deuxième guerre mondiale qui l’avait entraîné en Allemagne puis en Tunisie, bien avant ses premières relations avec la psychiatrie. Il ne supportait cependant pas que d’autres outrepassent les limites qui lui étaient fixées en matière de consommation de café et n’hésitait pas à dénoncer les éventuels goulus au personnel présent, adoptant la mimique d’un enfant cafteur : « Monsieur, il y a Untel qui boit tout le pot de café dans la cuisine! »

            Monsieur B était un homme poli, déférent même. A l’égard du personnel il adoptait l’attitude du subalterne devant son supérieur hiérarchique, la tête penchée en avant, le regard rivé au sol, n’omettant jamais de terminer ses phrases par un respectueux « Monsieur » ou « Madame ».

            Des petits faits de la vie courante, qui paraîtraient insignifiants à la plupart des gens, tenaient pour lui une grande importance. Fumeur, il lui arrivait de solliciter ou de donner du feu. A chaque fois il notait scrupuleusement sur un petit carnet le nom de la personne avec qui il avait eu cet échange et lui en rendait compte régulièrement : « Vous me devez, ou, je vous dois X fois du feu. » Quand son interlocuteur s’en étonnait, il répondait en disant que le fait de donner du feu n’était pas négligeable, qu’un sou est un sou, que les bons comptes font les bons amis et qu’il ne voulait pas devoir quoi que ce soit à quiconque.

            Il passait ses journées à réfléchir et à observer. Il s’exprimait peu. Je l’entendis une fois parler de son épouse. Il n’avait jamais cessé de l’aimer et, bien que très peiné du fait  qu’elle ne lui donne pas de nouvelle, il l’en excusait,  attribuant son silence à sa maladie : « Je ne suis qu’un pauvre fou. », disait-il. Il avait recouvert les murs de sa chambre de phrases écrites au crayon de papier dédiées à sa femme : « J’aime plus que plus que des trilliards de fois Madame B. » Un jour elle demanda le divorce et l’obtint, sans avoir revu son mari.

            Monsieur B. s’était retiré du monde des vivants et les propositions qui lui étaient faites de promenades ou de sorties au cinéma se heurtaient immanquablement à un refus : « Non, madame, je ne peux pas y aller, mes pronoms ne sont pas d’accord. » Je tentai plusieurs fois d’en savoir plus, lui demandant des explications sur ces mystérieux pronoms, sans succès. Il bredouillait alors quelques phrases inaudibles et s’en allait en chantonnant, coupant court à la conversation. Aucun soignant ne savait exactement ce qu’ils représentaient pour lui, si ce n’est qu’ils semblaient jouer un rôle négatif. Un jour, alors que je lui présentais ses médicaments, il me dit : « Ce n’est pas moi qu’il faut soigner, madame, ce sont mes pronoms. » Puis il s’éloigna, l’air préoccupé.

            J’aimais bien Monsieur B.. J’appréciais sa courtoisie et m’efforçais de m’adresser à lui avec une égale politesse. Quant aux limites que ma fonction d’infirmière m’intimait de lui poser, je les lui expliquais en prenant en compte son état de santé. Bien que peu convaincu, il était content que je mette les formes et répondait en hochant la tête, l’air résigné : « Je comprends, madame, je comprends. » Quand je prenais mon travail, il quittait son radiateur pour venir me donner une poignée de main et, soulevant son chapeau de l’autre, il ne manquait pas d’accompagner son salut d’une révérence que je lui rendais. Son visage s’animait alors d’une expression de connivence amusée. Après plusieurs années, nous entretenions des relations tacites de respect mutuel et de complicité.

            De temps en temps, il venait dans le bureau le soir après le dîner alors que je compulsais ou remplissais des dossiers et que les autres personnes étaient couchées ou regardaient la télévision. Il s’asseyait et, échangeant parfois quelques mots de l’ordre du passe-temps, passait une heure en ma compagnie. Je lui proposai de profiter de cette heure creuse pour discuter un moment  avec lui comme il m’arrivait de le faire avec d’autres hospitalisés, et lui dis que je me tenais à sa disposition au cas où il désirerait m’entretenir de sujets qui lui tenaient à cœur.

            Un beau soir, il entra dans le bureau et, de son ton de rapporteur, il dit : « Madame, il y a un de mes pronoms qui ne veut pas croire que le pape est polonais. » C’était la première fois qu’il me demandait d’intervenir dans son domaine. Je décidai de jouer le jeu et, rentrant dans le rôle de l’inspecteur  recueillant la déposition du plaignant, je résolus d’enquêter sur les fameux pronoms. J’enclenchai le magnétophone que je portais avec moi de temps en temps. La conversation qui suit est la fidèle retranscription du dialogue que nous eûmes alors. C’est, à ma connaissance, la première fois que Monsieur B. accepta de livrer des explications détaillées sur ce qu’il vivait et de dresser une carte de son territoire intérieur.

* * *

Monsieur B : les pronoms

(en raison de la longueur de la retranscription de l’enregistrement, lire la suite dans le site d’Interzone Editions)