The Big Issue: J Warwick Sweeney: La société doit repenser son approche de la toxicomanie

Qu’est-ce que The Big issue https://www.youtube.com/watch?v=kYO-TeBzYWY&feature=youtu.be

The Big Issue existe pour démanteler la pauvreté en créant des opportunités.
Nous le faisons grâce à des solutions d’auto-assistance, de trading social et d’entreprise.

https://www.bigissue.com/culture/books/j-warwick-sweeney-society-must-rethink-its-approach-to-addiction/

Traduction française: Google Traduction

J Warwick Sweeney salue le travail de pionnier de son grand-père dans la thérapie de la toxicomanie. Mais il croit que ses méthodes socialement conscientes ont été abandonnées en raison de la cupidité des entreprises 6 septembre 2019 Par J Warwick Sweeney

On pourrait dire que les histoires derrière mon livre Hardy Tree ont atterri sur mes genoux – je suis, après tout, le petit-fils de son sujet John Yerbury Dent, autrefois connu comme un pionnier des thérapies de la toxicomanie. Mais je mentirais si je disais que c’était facile; être fidèle à ce qui s’est réellement passé était essentiel, mais j’ai également ressenti un besoin impérieux de rendre justice à l’histoire et à son message politique. Comme nous tous, j’en ai connu beaucoup qui ont été victimes de la toxicomanie et de ses conditions connexes; les dépressions et les angoisses. Et bien sûr, Dent étant mon grand-père, j’ai ressenti un profond malaise face à l’augmentation exponentielle de la souffrance que personne ne semble actuellement capable d’arrêter.

J’en ai discuté avec ma mère et elle m’a donné les mémoires de son père et des tas de manuscrits inédits. J’ai demandé conseil à des spécialistes de la toxicomanie d’aujourd’hui pour voir s’ils pouvaient aider à donner un sens à tout cela. Ce que j’ai vite compris, c’est que ce qui manque aujourd’hui, c’est tout sens de la probité morale ou éthique. La médecine, en particulier dans le domaine des maladies psychosociales, est dominée par la pharma et la bureaucratie, ce qui ne peut qu’aggraver les choses. Mon grand-père maternel symbolisait l’opposé polaire de cette culture de la «pilule par jour». Et quant aux spécialistes de la toxicomanie d’aujourd’hui? Certains d’entre eux peuvent se mettre à la place de Dent, mais je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui soit vraiment capable de les lacer.

Face à cela, je devais simplement expliquer le fossé entre l’approche et la philosophie de mon grand-père et l’idiotie bureaucratique surdimensionnée d’aujourd’hui; l’énorme trou que cela représente en termes de prestations sociales, les communautés détruites, les sans-abri, les toxicomanes et la conséquence mondiale inévitable, les innombrables millions de morts sans voix.

Il s’agit d’une histoire politique très troublante et j’ai réalisé, probablement un peu tard dans la journée, que mon grand-père et moi partageons une profonde sensibilité politique, une préférence pour la politique ascendante basée sur une gestion des connaissances. Parmi son fouillis d’écrits, j’ai trouvé une lettre à un ami éditeur. Il a écrit: «Je me méfie de toute autorité lorsqu’elle est incontrôlée d’en bas.» Cela me l’a emporté. Mon grand-père était un social-démocrate qui appelait à une meilleure compréhension de la toxicomanie précisément parce que cela profiterait à la société.

C’est donc une triste ironie que ses connaissances aient été négligées par les fraternités médicales et politiques. Pourtant, il n’a jamais été aussi critique pour la société de repenser la direction actuelle du voyage. Nos lois sur les drogues n’ont pas atténué la menace de la toxicomanie, elles l’ont permis. C’est la conséquence d’un gouvernement autocratique, où règne une culture de lobbying en faveur des intérêts des entreprises, plutôt qu’un sentiment de probité éthique.

Andrew faisait allusion au pouvoir extraordinaire du cerveau d’intercéder en notre nom

Mon grand-père avait utilisé un médicament appelé apomorphine pour sevrer les gens de leurs dépendances biochimiques. J’ai cherché le professeur Andrew Lees de l’UCL, qui a utilisé avec succès l’apomorphine pour soulager les symptômes de ceux qui souffrent de la maladie de Parkinson. Je ne me sentais pas très bien moi-même, je venais de tomber à 150 pieds d’une falaise à Snowdonia. Andrew était curieux.

« Comment c’était? », A-t-il demandé.

« Eh bien, vous pourriez penser que dans les airs, vous deviendriez rigide de peur, mais étrangement le contraire s’est produit. Je me suis relaxé! »

« Tu es tombé comme un bébé? » Suggéra-t-il.

« Oui, je suppose. »

« Alors vous avez un aperçu. » Andrew sourit.

Andrew faisait allusion au pouvoir extraordinaire du cerveau d’intercéder en notre nom. En une fraction de seconde, il peut fermer notre conscience, notre «cerveau avant» et s’appuyer sur les voies du «cerveau arrière». D’une manière particulière, je faisais face, dans des circonstances bizarres, à une autre dimension de l’appréciation de mon grand-père pour la neurologie, que la véritable puissance du cerveau n’est pas notre côté exécutif, le cortex, mais le système limbique du cerveau arrière. Depuis ce jour, Andrew est devenu un personnage important dans ma détermination à mettre en lumière les batailles que mon grand-père fidèle a eues tout en essayant de diffuser les causes de la dépendance et comment réduire son emprise sur la société.

Au sein de ma famille, nous avons grandi en «sachant» que mon grand-père était athée. Au cours de mes recherches sur Hardy Tree, ce récit n’a pas semblé convaincant, en particulier lorsque j’ai réalisé que ses propres parents avaient été très spirituels, sinon religieux.

« Votre père était Quaker, n’est-ce pas? » Ai-je dit un jour à ma mère et à ma tante. Ma mère a gratté les couches d’un souvenir défaillant…. «Oh oui», se souvient-elle, «Un jour, juste avant une affaire mineure dans laquelle j’ai dû témoigner, il m’a appelé. « Chéri, » dit-il, « n’oublie pas que tu peux affirmer, tu sais? » « 

Je savais peu de choses sur le quakerisme, mais je savais que dans un tribunal, les quakers n’ont pas à jurer sur la Bible. Les Quakers sont également des réformateurs sociaux farouchement résolus, prônant des pratiques de bénéfice mutuel grâce à la coopération. Il était immédiatement clair que les principes Quaker; La simplicité, le pacifisme, l’intégrité, la communauté, l’égalité et la gérance – ÉPICES – avaient éclairé l’approche de mon grand-père en matière de doctorisation. Tout sur lui; sa politique, ses convictions et sa pratique médicale se sont soudainement alignées et tout s’est mis en place. Et Hardy Tree a commencé à fleurir.
J Warwick Sweeney’s Hardy Tree – A Doctor’s Bible est maintenant disponible (Bracketpress, 30 £), disponible directement sur bracketpress.co.uk

Pour aller plus loin

Documentation sur le traitement à l’apomorphine du Dr John Dent

Patti Smith Shares William S. Burroughs’ Advice for Writers and Artists

« Build a good name », rock poet Patti Smith advises the young. « Life is like a roller coaster, it is going to have beautiful moments but it is going to be real fucked up, too », she says.

The American singer, poet and photographer Patti Smith (b. 1946) is a living punk rock legend. In this video she gives advice to the young:

« Build a good name. Keep your name clean. Don’t make compromises, don’t worry about making a bunch of money or being successful. Be concerned about doing good work. Protect your work and if you build a good name, eventually that name will be its own currency. Life is like a roller coaster ride, it is never going to be perfect. It is going to have perfect moments and rough spots, but it’s all worth it », Patti Smith says.

Patti Smith (b.1946) is an award-winning American punk rock musician, poet and visual artist, who became a highly influential figure in the New York City punk rock scene with her debut album ‘Horses’ in 1975. Smith fuses rock and poetry in her work, and has been dubbed the ”punk poet laureate” as well as ”the godmother of punk.” In 2007 she was inducted into the Rock and Roll Hall of Fame and in 2010 Rolling Stone magazine put her on the 47th place of their list of 100 Greatest Artists. Among her many albums are ’Horses’ (1975), ’Radio Ethiopia’ (1976), ’Easter’ (1978), ’Gone Again’ (1996) and ’Banga’ (2012). Smith is also the author of several books, including ’Woolgathering’ (1992), ’Just Kids’ (2010) – which won the National Book Award and describes her relationship to her lover and friend, photographer Robert Mapplethorpe – and ’M Train’ (2015).

Patti Smith was interviewed by Christian Lund at the Louisiana Literature festival in August 2012 at the Louisiana Museum of Modern Art.

Produced by: Honey Biba Beckerlee and Kamilla Bruus.
Copyright: Louisiana Channel, Louisiana Museum of Modern Art.

Supported by Nordea-fonden

Interview de François Darnaudet pour “L’homme qui valait des milliards”

C’était en mai à Arès avec Michel Lenoir ! Je ne la connaissais pas cette vidéo. Actuellement, L’Homme… est en finale (à 10) pour le prix Tangente des lycéens français, gros gros prix de prestige. L’Homme… avait été finaliste malheureux au prix Michel Lebrun MAIS, il avait remporté le prix de l’Académie du Bassin d’Arcachon. Bref, pour L’Homme…, l’aventure continue avec le concours Tangente !

https://www.facebook.com/francois.darnaudet

 

Charles Plymell – : Decoder review of Apocalypse Rose

Charles & Alain Jégou’s conversation via Jacques Josse’s blog :
http://jacquesjosse.blogspot.fr/2016/03/charles-plymell.html

best

g



7,   BD GABRIEL GUIST’HAU
44000    NANTES   FRANCE

Voir également : Charles Plymell & Bill Nace – ‘Apocalypse Rose’  : http://www.secretdecoder.net/blog/2016/03/16/charles-plymell-bill-nace-apocalypse-rose/

GERARD MALANGA à Paris du 13 au 16 novembre 2014

SAVE THE DATE : GERARD MALANGA
À PARIS DU 13 AU 16 NOVEMBRE 2014 

Je suis heureuse de vous inviter à fêter du 13 au 16 novembre prochain à Paris le cinquantième anniversaire de la Factory à travers l’oeuvre photographique et filmique de Gerard Malanga, poète, photographe et réalisateur. Né en 1943 à New York, Malanga exerce une influence majeure sur la peinture et les films de la Factory, à tel point que The New York Times le qualifie ”d’associé le plus influent d’Andy Warhol”.Quatre temps forts marqueront cette manifestation :
– Un solo show de Gerard Malanga dans le cadre de la foire Fotofever du vendredi 14 au
dimanche 16 novembre,
– Une soirée anniversaire au Silencio jeudi 13 novembre à 22h,
– Une séance de projections de films et courts-métrages de Gerard Malangaau MK2 Grand-Palais
vendredi 14 novembre à 20h,
– Une conférence-débat entre Gerard Malanga et Philippe Franck, historien d’art, à la Maison
Européenne de la Photographie samedi 15 novembre à 18h.Je serais ravie de vous voir à cette occasion.

Caroline Smulders

1 / SOLO SHOW DE GERARD MALANGA DANS LE CADRE
DE LA FOIRE FOTOFEVER AU CARROUSEL DU LOUVRE
Du vendredi 14 au dimanche 16.11.2014 de 10h à 19h30

yd2 yd2 yd2

Poète bohémien, photographe des mémoires vivantes, cinéaste expérimental, acteur malgré lui, Gerard Malanga (né en 1943 dans le Bronx) est rentré dans l’histoire lorsqu’il fut engagé un beau jour de juin 1963 par Andy Warhol en tant qu’assistant avant même que la première Factory ne devienne le haut lieu de la multi créativité new-yorkaise et au-delà, des Silver 60’s. Jusque 1970, ils vont collaborer amicalement et intensivement pour produire des chefs d’œuvres en séries jusqu’à ce que « l’ange blond de la Factory » ne décide de prendre son envol et de faire des nombreux talents / géants qu’il a bien connus des icônes aussi intemporelles qu’accessibles :Iggy Pop dans son plus intime et insolent apparat, William S. Burroughs tournant le dos à son héritage familial, Mick Jagger offrant sa bouche pulpeuse, Patti Smith et Robert Mapplethorpe en jeunes amoureux, Dennis Hopper et son étrange mélancolie, Candy Darling sur le pavé de la gloire…, consacrant leur profonde humanité, avec une élégante simplicité toujours bienveillante. Ces oeuvres sont d’avantage des témoignages d’une époque de créativité en liberté dont Malanga a été l’un des acteurs inspirés que des portraits réalisés dans l’intention de saisir des images de personnalités célèbres. Pop, Art, Alive !
Philippe Franck, historien de l’art, 2014
Au sein de l’exposition, quelques vintages encore disponibles seront présentés, notamment la série des photographies mythiques du Velvet Underground (1966), en tirages uniques
Commissariat : Sandrine MonsInformations pratiques /
CARROUSEL DU LOUVRE 
99 rue de Rivoli – 75001 Paris
Métro : Palais Royal – Musée du Louvre
Vernissage VIP jeudi 13 novembre 2014 de 19h à 22h sur invitation.
Horaires : vendredi 14 novembre > 10h – 19h30
samedi 15 novembre > 10h – 19h30
dimanche 16 novembre > 10h – 19h
2 / SOIRÉE ANNIVERSAIRE :
LES 50 ANS DE LA FACTORY AU SILENCIO
Jeudi 13.11.2014 à partir 22h
yd2 yd2 yd2
Soirée initiée par Sebastian Hau, directeur du BAL BOOKS et commissaire indépendant, dans le cadre du parcours VIP de Paris Photo.
Echange entre Gerard Malanga et Sebastian Hau, rencontre avec le public et lecture de poésies.
Durant toute la soirée, une projection de court-métrages de et/ou avec Gerard Malanga est prévue dans le cinéma privé du Silencio.
Informations pratiques /
LE SILENCIO 
142 rue Montmartre – 75002 Paris
Métros : Bourse, Grands Boulevards, Sentier
+ D’INFOS : http://silencio-club.com/ Sur invitation uniquement

3 / CYCLE GERARD MALANGA : FILMS & COURTS-MÉTRAGES
MK2 GRAND PALAIS
Vendredi 14.11.2014 à 20h

yd2 yd2 yd2

Films projetés :
Andy Warhol : Portraits of the Artist as a Young Man, 1964 (collection Centre Georges Pompidou)
Gerard Malanga’s Film Notebooks, 2005 / primé au Festival du film de Vienne en 2005
In Search of the Miraculous, 1967
Informations pratiques /

MK2 GRAND PALAIS 
3 Avenue Winston-Churchill – 75008 Paris
Métro : Champs-Elysées – Clémenceau
Tarif : 9,90 € / 7,50 € (étudiants – chômeurs) / 6 € ( – 18 ans) / 4 € ( – 14 ans)

4 / CONFÉRENCE «POP IMAGES»
MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE
Samedi 15.11.2014 à 18h

yd2 yd2 yd2

Conférence-débat entre Gerard Malanga et Philippe Franck, historien de l’art.

Cet échange avec Gerard Malanga permettra de passer en revue les grandes étapes de la vie artistique de Malanga ; de sa rencontre avec Andy Warhol, la vie à la Factory, balayer ses connexions avec la littérature (Beat Generation entre autre) ou la musique (découverte du Velvet Underground), et également son travail d’archiviste, de photographe, de réalisateur ou de poète.

Lieu : Auditorium de la MEP
Durée estimée : 1h

La conversation sera ponctuée d’extraits sonores, de films et de projections d’une sélection de photographies.

Un cocktail sur invitation suivra la séance

Informations pratiques /

MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE 
5/7 Rue de Fourcy – 75004 Paris
Métros : Saint-Paul, Pont-Marie, Hôtel de Ville

+ D’INFOS : http://www.mep-fr.org/
Le nombre de places étant limité, il est impératif de s’inscrire : caroline.ilovemyjob@gmail.com
Contact presse /
Isabelle Giovacchini
+336 28 04 18 15
caroline.ilovemyjob@gmail.com
Visuels haute définition sur demande

Possibilité d’interview par téléphone et email
dès à présent ou à Paris à partir du 12/11/14

Pour toute autre information & réservation /

Caroline Smulders / I love my job
4 rue Martel – 75010 Paris – France
+336 09 02 66 31
www.carolinesmulders.com
Toutes images : © Gerard Malanga, courtesy galerie Caroline Smulders, 2014

William Brandon III talking about books on the internet

Black Hill Press podcast interview: http://blackhillpress.com/thtw-019-black-hill-press-the-how-the-why-william-m-brandon-iii/

Black Hill Press presents The How & The Why: Documenting the Creative Process and the Creative Purpose hosted by Jon-Barrett Ingels. Interviews are structured as friendly conversations and conducted via telephone. Occasionally, episodes will be recorded live at special events and highlight multiple guest artists. Also available on iTunes and Stitcher.

Today we’re connected with William M Brandon III to talk about his novella Silence, the Black Hill Press family collaboration The Cost of Paper, and the Black Hill Press, JukePop, and California Public Library program entitled the Summer Writing Project.

And video/pics from book signings:

http://agentofdiscord.com/wmb/

France culture: Ramuntcho Matta + Philippe Baudouin pour les écrits radiophoniques de Walter Benjamin

http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-du-son-ramuntcho-matta-%20-philippe-baudouin-pour-les-ecrits-radiophoniques-de-walt

Ramuntcho Matta prépare une exposition à la galerie Anne Barrault, Paris 3e, qui commence la semaine prochaine. Il fait paraître un livre, L’usage du temps, qui porte le même titre que l’exposition, chez Manuella Editions. Et il a sorti un disque, Météorismes, il y a quelques jours. Pourtant, nous avions lancé l’invitation sans savoir cette actualité pléthorique. Ramuntcho Matta, artiste plurisdisciplinaire, vient du son. Il le dit lui-même. Il dit voir le son quand il ferme les yeux, des formes, des sculptures. Le son, mieux qu’une drogue ! Le fils du peintre Roberto Matta, qui compte une quarantaine de disques à sa production, a un parcours fait de rencontres, d’ouverture à l’autre, d’écoute dans tous les sens du terme. Il y a des noms qui croisent sa route – John Cage, Laurie Anderson, Don Cherry, Brion Gysin, quatre parmi tant d’autres. On en parlera sans doute. Il y a aussi cette attention au « parfois », quand on fait « parfois » ceci ou « parfois » cela, qui donne le nom de sa galerie « SometimeStudio ». Enfin, il y a Lizières, lieu pour artistes qu’il a fondé il y a quelques années, connu pour ses résidences d’artistes autant que pour ses pique-niques d’artistes ! Le chemin libre de Ramuntcho Matta passe par l’Atelier du son, ce soir.  04.04.2014 – 23:00

Enregistrement: http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4827936

Exposition:

RAMUNTCHO MATTA I Galerie Anne Barrault

RAMUNTCHO MATTA I Galerie Anne Barrault

Exposition RAMUNTCHO MATTA 10 avril – 17 mai 2014   51 rue des Archives, Paris 3ème N° DE TELEPHONE : 33(0)9 51 70 02 43
10/04/2014 – 17/05/2014

Interview de François Darnaudet par Nicolas Caudeville

Bande-dessinée: François Darnaudet raconte la saga d’Elric Harpignies le vaillant! interview par Nicolas Caudeville dans L’archipel contre attaque :

Lire l’article en entier à  http://www.larchipelcontreattaque.eu/2014/03/bande-dessinee-francois-darnaudet-raconte-la-saga-d-elric-harpignies-le-vaillant-interview-par-nicolas-caudeville.html

http://www.dailymotion.com/video/x1g6u6m_interview-francois-darnaudet-par-nicolas-caudeville_creation

Sur Harpignies: RTBF dans « Tout le Monde y passe » 20/3/2014-L’incontournable de Thierry Bellefroid : « Harpignies » par Elric et Darnaudet
www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=1904355