Dublin Review of Books: Andrew Lees: Hanging Out With The Molecules

http://www.drb.ie/essays/hanging-out-with-the-molecules

Hanging Out With The Molecules

Andrew Lees

The early 1950s voyages of William S Burroughs to Peru led to his discovery of the hallucinogenic vine yagé and issued in a book of notes and letters to his friend Allen Ginsberg in which he presented himself not only as a mystic and spiritual quester but also as a whistleblower on the activities of the Cold War superpowers.

Anthony Rousseau: Invitation exposition « Format à l’italienne V »

Invitation recto Invitation verso
Bonjour à toutes et à tous,

 
Je suis heureux de vous convier à l’exposition « Format à l’italienne V », qui se déroulera du 19 septembre au 02 novembre à l’Espace le Carré à Lille (angle rue des halles et rue des archives).
 
Je serais ravi de vous rencontrer lors du vernissage qui aura lieu le jeudi 18 septembre à 19h00 pour vous présenter les différents pièces réalisées durant ma résidence à l’atelier Wicar de Rome.
 
Au plaisir de vous revoir.
 
Bien à vous.
 
Anthony
anthony_imago
 
​IMAGO II – Installation vidéo (2014)
 

Lizières | Pique-nique Russe | 21 septembre 2014

http://www.lizieres.org/actualites/pique-nique-oncle-vania-21-septembre-2014/

L’association Les Amis de Lizières et la compagnie Actant-scène, avec le soutien de l’association Les Diseurs, s’associent pour présenter la pièce de théâtre « Oncle Vania » de Tchekhov à Lizières le 21 septembre 2014 dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine.

Dimanche 21 septembre de 11h à 17h

Vania-Lizieres

– LA PIÈCE – 

« Oncle Vania », dans sa première version, s’intitulait « l’Homme des Bois ».

Un domaine forestier dans la lointaine campagne russe. Le tournant du vingtième siècle. Tout s’accélère.

Astrov, le médecin de campagne et ami de la famille, qui a tous les traits d’Anton Tchekhov,  est passionné par ses plantations. Il aime voir grandir ses jeunes pousses (chênes, bouleaux) et se demande dans quel état sera la contrée dans deux cents ans. Il peste contre « les gens bêtes, ceux qui pensent petitement, voient petitement, vivent petitement ». Pour lui, la forêt est le lieu par excellence qui lui permet d’avoir « une petite lumière au bout du chemin », qui lui permet d’espérer, d’agir à long terme pour rendre la vie des hommes meilleure, les extirper du sort misérable auquel l’incurie des puissants les abandonne.

Elena : « La forêt, toujours la forêt, ça doit être monotone, à la longue  » ! … « Cela ne vous distrait-il pas de votre vraie vocation ? Vous êtes médecin, je crois ? »

Astrov : « Notre vraie vocation, seul Dieu sait ce que c’est ! »

Malgré la précision de l’écriture, peu importent l’intrigue, les péripéties d’un été en villégiature. Tchekhov ne demande pas à ses personnages d’édicter une morale, d’apporter des réponses, de trier les bons des méchants, de tirer la morale de l’histoire, de juger  la campagne contre la ville, le vilain progrès contre la gentille tradition ou réciproquement. En artiste, il nous dit que c’est la vie qui est spectaculaire, pas le spectacle qui est vivant.

«Les personnages sont là, ils mangent, ils parlent, et pendant ce temps, leur destin se tisse ». Anatoli Smelianski, directeur de l’école du théâtre d’art de Moscou.

– PROGRAMME – 

11h : Accueil des participants

12h30 : Pique-nique russe

14h30 : “Oncle Vania” d’Anton Tchekhov. Représentation sans entracte, d’une durée de 2h. Tous publics à partir de 12 ans.

Une clairière singulière : un « jardin philosophique », en plein air sous les voûtes des arbres. En cas de mauvais temps, lieu de repli : grande salle du château ou grande salle des Écuries.

– INFORMATIONS PRATIQUES – 

Tarifs et Réservations:

10 € Pour les adhérents à l’association Les Amis de Lizières / 20 € pour les non-adhérents

Réservation obligatoire avant le 19 septembre 2014 à partir du formulaire suivant.

Venir à Lizières :

Informations ICI

– ACTANT-SCÈNE –

Actant-scène a créé notamment Milena de Prague d’après le livre de Margarete Buber-Neumann, La Détresse et l’Enchantement d’après le livre de Gabrielle Roy, Oncle Vania dont il est question à Lizières, Paroles d’Humanité d’après les lettres de Bernard de Clairvaux, et en 2014 Quatre petits bouts de pain de Magda Hollander-Lafon.

Ces spectacles ont été joués en tournée à travers la France, la compagnie a présenté ses créations à 4 reprises au OFF d’Avignon

+ d’infos: www.actant-scene.fr

A.D. Winans: Pre Labor Day Poem

like pulling a wisdom tooth
like an attack of sciatica
I sit here lost
in the attic of my mind

the fog rolling in
slips through the crack
in my living room window

born at home premature
under the light of a full moon
I walked the jungles of Panama
Fed off Beat Mania in North Beach

Shaman poets sang in my ears
under a bed of stars
young women with dresses
that clung to firm thighs

damp dark cavern
wet as morning dew
peach fuzz dinner
drew me in devoured me
like quicksand

the sweet fragrance of the past
swirls inside my head
mates with comrades long dead
as I walk back into my birth
work my way through
the sound of water
the wind sharp as a knife
propels me toward my destiny

my boyhood gone
like an old jalopy used-up
rusting in an auto junkyard

I head toward the comfort of the now
nailed to the cross of the past
in the language of the present
with no words to light the fire
as I carry the memories
like a mountain climber
with a heavy backpack

vague memories of my mother
singing me to sleep
and the chill of waking
the tongue of dawn
cold as dry ice

the hawk sweeps down
for the kill
a dog howls at the moon
a cat yawns in boredom
the universe draws a new boundary line
fragile as a new born child

the careful academic poet
weds the careful language poet
vie for who is published the most
in Poetry Magazine

the monkey rides the master’s back
the coo-coo bird moves backward
into the clock

fearful police lock and load their guns
black boys moving targets
in the night

voter suppression laws
to keep the voting down
southern barbecues
with rednecks hungry
for “nigger” steak

gone the passion of revolution
sell out satisfaction
to the status quo

the night hound of death
stumbles into the day
the rich roasting the poor
like a pig on a spit

labor unions turned
into mannequins
the war machine money makers
fuel the cash register
with the blood of our youth
no guilt no shame

the Roman Senate proceeds unabated
turn out gladiators
like machinery parts

endless parades marching bands
waving flags, played out
like an amusement park

slavery without chains
government without representation
this nation of criminal politicians

the ghost of Custer rises
like a creature from the lagoon
creeps through the night
like a faceless Santa Claus
with a bag of Indian scalps

Allah competes with the Pope
for the rights to the head of Jesus
beheaded by Isis barbarians
back from a night of slaughter
as the congregation stumbles
like a drunk into the future
carved out in the hands
of a gypsy fortune teller
as I wait out the night hours
in solitude
shut out the demons of insomnia
like a faulty night light switch

the holy of the unholy money exchangers
make and pass new laws
laws that feed on the bones
of the poor and blue-collar worker

a future where animals
turn into animal crackers
and birds are served live
at holiday feasts

the angels occupy the cheap seats
at Yankee Stadiums
God sends down a bolt of lightning
dismayed at the flawed diamond
he created

www.winansfansite.blogspot.com