En ces lieux des livres 2019: quelques photos

La Nouvelle République: A la rencontre des livres, côté jardin

https://www.lanouvellerepublique.fr/loudun/a-la-rencontre-des-livres-cote-jardin

Publié le | Mis à jour le

Auteurs et lecteurs au jardin. Photo:  NR

Photo prise au 15 rue Porte de Mirebeau.

Exposants de droite à gauche:

– Sylvie Pouliquen: Éditions La Mélusine devant

– Daniel Ramat

– Isabelle Aubert-Baudron (de dos): Interzone Editions

– Jean-Luc Michenot (en arrière plan): Les mots de là

Photos prises au 15 rue Porte de Mirebeau (Isabelle Aubert-Baudron):

Vincent Dutois:

Jean-Luc Michenot et Vincent Dutois:

Daniel Ramat et Sylvie Pouliquen:

Isabelle Aubert-Baudron: Photo Francine Delaigle

Un voyage au pays de Mino D.C.

22/07/2016 05:34
Mino D.C, intarissable en commentant la visite de sa déchethèque.

Le village du Grand-Moiré a plus que doublé son nombre d’habitants, dimanche 10 juillet, en matinée, avec l’arrivée d’une quarantaine de motards, de leurs passagers et de leurs accompagnateurs. Tous étaient en promenade, en provenance de Frontenay-Rohan-Rohan, pour une visite du nord du département organisée autour du comité des fêtes. Leur objectif était une halte organisée pour découvrir la déchethèque de Mino. Celui-ci, autrefois chanteur de rock, maintenant sculpteur, vidéaste et créateur de structures diverses, consacre son temps à recycler objets et matériaux du quotidien et redonne vie aux déchets pour sauvegarder mémoires et traces de vies. Il est un artiste qu’on pourrait qualifier de déjanté, sur les traces du sculpteur César ou une sorte d’Arman des champs. Depuis une vingtaine d’années, dans sa cour et son jardin, Mino D.C a entrepris de réaliser des installations, dont certaines éphémères, avec des éléments de son passé et de son actualité de plasticien.

Dans la cour et le jardin

Certes, la visite guidée mène de suite vers une collection déconcertante de rats séchés, dans la position trouvée lors de leur dernier sommeil. Mino leur a donné des couleurs fluo, une mise en lumière ayant un lien avec le groupe rock avec lequel il évoluait, Raticide. Mais ici, dans la cour, tout est trié, classé, regroupé, comme sur ce « Mur de pompes », un mur recouvert de chaussures artistiquement installées. Plus loin dans le jardin, ce sont des pierres, celles qu’il a fallu débarrasser du terrain pour le nettoyer et qui sont aujourd’hui regroupées en tumulus, sortes de stèles funéraires à la mémoire du temps. Le quotidien d’hier est relaté avec des accumulations organisées de canettes de bière, de rebuts d’usines, etc.
La promenade dans ce cadre à la fois bucolique et plein de surprises se déroule avec des sonorités enchanteresses provenant de boîtes à lettres, une installation réalisée par son partenaire DJ Bosstoo. Des murmures, des cliquetis, des bruits de vie en milieu urbain ou à la campagne, qui se confondent avec des discussions entre oiseaux. Le montage sonore se mixe naturellement avec la voix de Mino D.C commentant la visite et les sonnailles de bois, métaux, plastique ou verre qui ne cessent de s’exprimer lorsqu’une légère brise leur donne la parole.

Déchethèque Mino D.C, 12, rue du Lavoir, Le Grand-Moiré, à Airvault. Visite gratuite, prendre rendez-vous au 06.58.71.45.42.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Communes/Airvault/n/Contenus/Articles/2016/07/22/Un-voyage-au-pays-de-Mino-D.C-2790157