Galerie Ecritures: Exposition Pierre LAFOUCRIERE

ecritures_lafoucrière

Pierre LAFOUCRIERE    

Un Jardin de Couleurs

Vernissage le samedi 20 juin à partir de 10 h

Exposition du 20 juin au 24 septembre 2015

à la GALERIE ECRITURES   1, rue Pierre Petit  03100 MONTLUCON   tel. 06 70 09 36 63

Né en 1927 à Louroux-de-Bouble (03), Pierre Lafoucrière vit et travaille à Meudon et dans l’Allier. Parti de la figuration, son itinéraire l’a mené d’une peinture aux couleurs fortes et riches à une vision transcendée de la nature, à la fois raffinée et plus écrite. Deux rencontres ont profondément marqué sa vie de peintre : Paul Gay dans les années 50, Nane Stern en 1974.

Peintre de la lumière et de la transparence, Pierre LAFOUCRIERE est très inspiré par l’art sacré. Il est d’ailleurs revenu à ses passions premières en réalisant des vitraux à Louroux de Bouble, mais aussi à Corny (11 fenêtres) et Pont de l’Arche (4 fenêtres) dans l’Eure, ceux de l’église claustrale de Ligugé (86) (35 fenêtres) et dernièrement ceux du centre diocésain de Saint Désert (72).

Inspiré aussi par les auteurs et ami des poètes, il a illustré des éditions originales de J.M. BARNAUD, Alain BORNE, Louis DALLANT, Henri KREA, Jean-François MANIER … Il a également calligraphié et illustré de manière monumentale la « Messe sur le Monde » de THEILLARD de CHARDIN, acquise par le Musée MANDET de RIOM

« L’art peut-il être gai et profond ? L’oeuvre de Pierre Lafoucrière dont la peinture heureuse puise ses arguments dans la lumière et les débats de la couleur, le prouve à l’envi. “L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible” disait Paul Klee. C’est justement ce que réussit Pierre Lafoucrière. Ce qu’il nous donne à voir c’est de quelque façon notre joie d’exister. Cela commande mieux que l’admiration, la gratitude. » Jean-Pierre Siméon, écrivain, poète, auteur dramatique, actuellement directeur artistique national de la manifestation « Le printemps des Poètes ».

L’Aquarelle

L’Aquarelle est pressante, et veut sans complaisance

Qu’un peintre s’accommode à son impatience,

La traite à sa manière, et d’un travail soudain

Saisisse le moment qu’elle donne à sa main,

La sévère rigueur de ce moment qui passe

Aux erreurs d’un pinceau ne fait aucune grâce

Avec elle, il n’est point de retour à tenter

Et tout au premier coup se doit exécuter.

Molière

Loin de la Poussière

Quand l’homme se laisse aveugler par les choses, il se commet avec la poussière.

Quand l’homme se laisse dominer par les choses, son cœur se trouble.

Un cœur troublé ne peut produire qu’une peinture laborieuse et raide, et conduit à sa propre destruction.

Quand ténèbres et poussière contaminent le pinceau et l’encre, c’est la paralysie ; dans pareille impasse, l’homme a tout à perdre et rien à gagner, et finalement rien n’y pourra plus réjouir son cœur.

Aussi, je laisse les choses suivre les ténèbres des choses, et la poussière se commettre avec la poussière ; ainsi mon cœur est sans trouble, et quand le cœur est sans trouble, la peinture peut naître.

Shi Tao

Les propos sur la peinture du moine Citrouille Amère, chapitre 15

Oeuvres dans les collections publiques :

  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée d’Art Contemporain du Vatican
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée Français de la Carte à Jouer
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Issy-les-Moulineaux
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée de Lidice
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée Bertrand, Châteauroux
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée de Celle, Allemagne
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée d’Art et d’Histoire, Meudon
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée Municipal, Evreux
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée de la Lithographie, Saint-Pourçain-sur-Sioule
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée Municipal, Saint-Ouen
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Musée d’Evreux
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>R.A.C. Auvergne
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Fonds d’Art Contemporain, Gennevilliers
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Fonds d’Art Contemporain, Montluçon
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Fonds d’Art Contemporain, Conches
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Collection du Conseil Général des Hauts-de-Seine
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Collection du Conseil Général de Haute-Normandie
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Collection I.F.I. 03, Avermes
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Mairies : Boëge, Commentry, Louroux-de-Bouble

Bibliothèques, Médiathèques :

  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>Bibliothèque Nationale, Paris / Montluçon / Cagnes-sur-mer / Clermont-Ferrand / Grasse / Montélimar / Nice / Nîmes / Riom / Toulouse / Vichy

Art Mural :

  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>1981 – 1982 – Tapisseries. Ecole Nationale d’Arts Décoratifs, Aubusson
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>1964 – Peintures. Village de l’Espérance, Burdignin, Haute-Savoie
  • <!–[if !supportLists]–> <!–[endif]–>1959 – Céramique. Lycée agricole de Lapalisse, Allier

L’art sacré

2012 Vitraux chapelle du centre diocésain de la Saône et Loire à Saint Désert

2011 Un chemin de Pâques pour la Basilique de Paray-le-Monial

2006-2007 Verrières du Baptistère, église Sainte Colombe, Villejuif, Val-de-Marne

Réalisation : Ateliers Duchemin, Paris

2003-2005 Vêtements liturgiques, diocèse d’Evreux, Eure

2002 Croix de procession, Porte de tabernacle (émaux sur cuivre), église claustrale, abbaye Saint-Martin, Ligugé, Vienne

2000-2002 Vitraux (35 fenêtres), église claustrale, abbaye Saint-Martin, Ligugé, Vienne.

Réalisation : Atelier du Vitrail Limoges

2001 Vitraux (4 fenêtres), chapelle Saint-Luc, hôpital de Pont-de-L’Arche, Eure.

Réalisation : Atelier Dominique Bogros-Bony, Paris

1993 “Chemin de Pâques”, émaux peints sur verre antique, église de Néris-les-Bains, Allier

1992-1993 Vitraux (11 fenêtres), église de Corny, Eure.

Réalisation : Atelier Jacques Bony, Paris

1974 “Chemin de Croix” (14 peintures), église de Louroux-de-Bouble, Allier.

1973 Collezione d’Arte Religiosa Moderna (14 peintures), Musées du Vatican

1968 “Etoile du matin” (vitrail), église de Louroux-de-Bouble, Allier.

Réalisation : Atelier Michel Durand, Paris.

1964 “Chemin de Croix” (14 peintures), Ermitage Notre-Dame des voirons, Haute-Savoie.

Film sur Youtube :

www.youtube.com/watch?v=B6Iwl0yKuLc

www.youtube.com/watch?v=IqUL5ly5SQg

www.youtube.com/watch?v=ZY22qXXYeVg

www.youtube.com/watch?v=N1qxf8kaf1k

Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON    http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html  facebook  http://www.facebook.com/galerie.ecritures

Galerie Ecritures: LOLMEDE

LOLMEDE

Les dessins originaux de l’opération

« Lèche-vitrine au Pays de la Vallée de Montluçon et du Cher »

seront exposés du 23 avril au 31 mai 2015 à la Galerie ECRITURES,

Les livres y seront en vente

L’inauguration en présence de Laurent LOLMEDE aura lieu le JEUDI 23 Avril à partir de 18 h.

Laurent LOLMEDE sera présent aussi le Samedi 25 Avril de 10 h à 12h30 pour dédicacer

« Lolmède Au pays de Montluçon »

Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON
http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html
facebook  http://www.facebook.com/galerie.ecritures

Galerie Ecritures: exposition Laurent Lolmède

Suite au succès de l’exposition des dessins de Laurent Lolmède, nous la poursuivons en mars avant d’exposer courant Avril, les dessins originaux qu’il est en train de réaliser sur les lieux de commerce de la Vallée de Montluçon pour la promouvoir et qui doivent faire l’objet d’une publication.
 laurent_lolmede

 

Il sera à Montluçon pour animer un stage à l’école la fontaine le samedi matin 14 mars, l’après-midi :

Il sera présent SAMEDI 14 MARS de  15 h à 16h30 pour une dédicace
 laurent_lolmede2

Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON
http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html
facebook  http://www.facebook.com/galerie.ecritures

Galerie Ecritures: Meilleurs voeux

La galerie ECRITURES, les artistes de la galerie et Jean Marc VINCENT vous présentent leurs meilleurs voeux pour cette année nouvelle, voeux de santé, de bonheur et réussite dans tous vos projets.

« Où s’exhale un parfum que le vent ne dissipe,

Où se savoure un plaisir que la voracité ne réduit,
Où se noue une étreinte que la satiété ne déserre
Ailleurs que dans le monde de l’Art ? « 
d’après Augustin
Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON 

Galerie Ecritures: Laurent Lolmède à Montluçon

affiche 10 b

Vernissage et dédicace Samedi 13 Décembre  11 heures

Laurent Lolmède parcourt la vie et le monde armé d’un crayon et d’une feuille de papier. Voyageur immobile et toujours en mouvement, un jour à Paris, le lendemain dans son Quercy, à New-York ou Alger, il s’installe hors du temps pour saisir les instants, qu’il restitue sous forme de scènes souvent très animées, peuplées comme une rue commerçante et bavardes comme la vie.
Pour autant, Lolmède ne se pose pas en contemplatif. Perpétuant une tradition qui remonte à la Renaissance et sans doute bien avant – l’autoportrait discret -, son avatar bien reconnaissable, coiffé d’un inusable couvre-chef, vient rappeler que Lolmède était là, vivant. Qu’il était non seulement acteur de la scène qu’il décrit mais, qu’en plus, il en a bien profité… A la manière d’un Van Eyck se reflétant au XVe siècle dans le miroir des « époux Arnolfini » ou d’un Boticelli parmi la foule de son « adoration des anges », mais en moins complexé… Le trait de Lolmède n’appartient qu’à lui, il a la nervosité des croquis sur le vif. S’il affiche volontiers une admiration pour Crumb, et avec lui l’underground – dont le franco-néerlandais Willem -, il va toutefois moins loin dans la caricature pour dresser de l’humanité un portrait souvent gouailleur et toujours bienveillant. Son travail n’en est que plus accessible, qu’il s’agisse d’illustrations pures ou de bandes dessinées, qu’il publie de façon comptée sous une forme encore une fois toute personnelle, entre fanzines et livres d’art. Formé à l’école nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, Lolmède, s’il affectionne ce positionnement à la croisée des chemins, reste avant tout un grand voyageur… et un excellent guide. Accompagné souvent de sa femme Evelyne, aquarelliste à ses heures, on le voit avec le même zèle dans les salons les plus modestes comme dans les rendez-vous les plus huppés, de Cajarc à Angoulême, tutoyant les plus humbles, embrassant les plus grands. Par un heureux concours de circonstances, Lolmède expose du 13 décembre au 21 février, dans la galerie Ecritures de Jean-Marc Vincent, divers travaux et les derniers croquis de son voyage en Amérique. C’est pour les Montluçonnais une très jolie opportunité de rencontrer cet artiste hors du commun.
Philippe REYT  in  Montluçon Notre Ville
Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON

http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html
facebook  http://www.facebook.com/galerie.écritures

Galerie Ecritures: Exposition LOLMEDE

affiche 10 b

EXPOSITION

La galerie ECRITURES

1, rue Pierre Petit 03100 MONTLUCON

présente un ensemble d’œuvres originales

de

Laurent LOLMEDE

du 13 décembre 2014 au 21 février 2015

Vernissage le Samedi 13 décembre à 11 h

Né en 1965, Laurent Lolmède fait des études d’art à Bordeaux et à Paris (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs). Il travaille d’abord dans la publicité, puis se consacre entièrement à la bande dessinée et à l’illustration. Ses chroniques dont  « Jour de Marché » (2009), « Brut de Carnet » (2010) et « Goudron Pavers » (2012) nous promènent dans des lieux de tous les jours où l’on croise la foule anonyme. Mais son humour décapant, son un trait acéré transforment l’anonyme en familier et le quotidien en scène burlesque … Ses dessins sont publiés dans la presse (Libération…) et l’édition.

Son dernier recueil « LE RÊVE AMÉRICAIN » Sketchbook/ Carnet de voyage, retraçant son 1er voyage aux Etats-Unis, est publié par Alain BEAULET éditeur.

Lolmède présente ici, les dessins originaux du livre, ainsi qu’un ensemble de peintures, volumes et dessins.

 Expositions personnelles :

 2008

   *Bibliothèque historique de la ville de Paris

   * Galerie ART et MAISONS – Figeac (Lot) 

   *Lycée Maximilien VOX – Paris 

2009

   *Bibliothèque historique de la ville de Paris

   * Galerie ART et MAISONS – Figeac (Lot) 

 2010

    * Rencontres du 9ème Art Aix-en-Provence.

    * Périscopages Rennes.

    * Le 104 Paris.

    * Salle communale Espagnac/Sainte-Eulalie (Lot).

    * Médiathèque Hélène BERR Paris.

2011

    * PARSON SCHOOL of Art+Desing Paris.

    * Expo:Vallée du Célé/Parfums d’intimité- Marcilhac sur Célé (Lot).

    * SUPER MARCHÉ DE L’ART – Toulon

2012

   * Médiathèque de l’institut Français  au Liban – Beyrouth (mars)

   * Médiathèque Faidherbe – Paris (Avril)

2013

  * Portraits de Boutiques – Aix-en-Provence

  * Galerie Jean Ségalat – Decazeville (Aveyron)

2014

  * Itinéraires graphiques / Pays de Lorient

  * Exposition collective – Galerie du Faouëdic

  *  Exposition personnelle – Galerie de la Rotonde – Lanester

  * Galerie Oblique – Paris

Biliographie sélective:

* Moins X avant 2000, Alain Beaulet editeur (4 volumes) 1996-2000

* Extraits naturels de carnets, La comédie illustrée (4 volumes) 2000-2004

* Auto-psy, Humeurs, 2006

* Lolmède, Éditions Charrette, 2009

* Jour de marché, Alain Beaulet, 2009

* BRUT DE CARNET, United Dead Artists, 2010

* Brut de Basquiat, auto-édit, 2010

* Brut de Comix, United Dead Artists, 2010

* Vallée du Célé, parfums d’intimité, auto-édition, 2011

* GOUDRON PAVERS, United Dead Artists, 2012

* E.N.d.C. Spécial Decazeville, auto-édition, 2013

* Carnet d’Alger, auto-édition, 2014

* LE RÊVE AMÉRICAIN, Alain Beaulet, 2014

ECRITS d’Editeurs

« Laurent Lolmède est un génie anormalement méconnu, qu’on se le dise une bonne fois pour toute. Nous devrions lui ouvrir les portes de nos plus grands musées, lui permettre de réaliser les choses les plus grandioses, les plus incroyables. Lorsque que je dis incroyable, n’essayez même pas d’imaginer ce que cela pourrait donner car vous n’y arriverez pas. Vous n’êtes pas Laurent Lolmède. Alors, voilà ! Comme nous n’avons pas sa magie et sa poésie, la majorité de la population a pris le parti de ne pas le voir, de ne pas le reconnaître. Oh ! Mais attention ! Ce n’est pas parce que l’on ne le regarde pas qu’il ne nous observe pas. Crayon dans une main, petit carnet dans l’autre, il est là, juste derrière vous. Il vous regarde. Pire, il tente de percevoir en vous la petite touche qui vous rend humain. Dire que Laurent Lolmède est un poète du quotidien, voire un maître de l’art brut, serait réducteur. Non ! La seule chose que nous pouvons faire est de lui offrir 64 pages de liberté… Même si nous le savons, 64 pages ne suffisent pas pour un génie comme lui. »

« Ce deuxième tome des Extraits Naturels de Carnets reprend les meilleures pages des numéros 5 et 6 du one-man zine réalisé par Laurent Lolmède de 1992 à 1996. Deux grands pôles se mettent en place: Paris, lieu de la vie quotidienne, avec son cortège d’anecdotes pittoresques ou absurdes, et Figeac, où l’auteur a ses racines et rentre régulièrement se ressourcer. Fin 2000, commencera la publication des nouveaux carnets de Laurent Lolmède entièrement inédits »

« Mais finalement, il fait quoi dans la vie, Laurent Lolmède ? Il ne passe tout de même pas tout son temps en vacances ? Ah mais c’est vrai: il dessine ! On l’avait presque oublié. Et vous appelez ça un métier ? Enfin dans le troisième tome des Extraits Naturels de Carnets, on verra Lolmède au travail. Ce volume reprend les numéros 7 et 8 d’ ENdC version fanzine, époque à laquelle notre héros commence sérieusement à faire les festivals de bande dessinée et à rencontrer ses collègues, en particulier l’équipe du fanzine Le Simo. Et n’oublions pas l’autre grande nouveauté: Lolmède rejoignant les rangs chaque jour plus nombreux des nouveaux pères, ceux qui restent à la maison pendant que Madame va travailler. »

À la suite d’une résidence durant laquelle il a découvert la ville, rencontré les commerçants aixois et réalisé une foule de croquis, le dessinateur Laurent Lolmède a tiré le portrait de 30 boutiques aixoises

Pour chaque magasin, Lolmède a créé un dessin original, pensé en fonction de l’activité du lieu, dans un style tenant à la fois de la caricature et du reportage dessiné.
La caissière sourit en gros plan, le boucher cajole son escalope, la vendeuse d’escarpins fait du 43… Chacun connaît son métier !

Chaque image, imprimée en grand, a été installée à l’arrière des vitrines, dans la boutique qu’elle représente. Laurent Lolmède, avec son trait décalé, nous a invité à redécouvrir, voire revisiter la diversité commerçante de la ville.

D’une paire de sandales sur le parquet ou d’un torchon de la cuisine, Lolmède fait des chefs-d’œuvre. Un sens de l’observation, une façon innée de raconter l’insignifiant, qu’il  doit à ses maîtres, Dubuffet, Bonnard ou le chanteur Carlos. Son humour décapant sous un trait acéré et jamais condescendant transforme l’anonyme en familier et le quotidien en scène burlesque.

Cette capacité à tirer le quotidien vers l’universel rendait évidente l’édition d’un recueil de ces Portraits de boutique. À travers ce panel de magasins aixois, c’est le quotidien commerçant de chaque ville qui est retranscrit par Lolmède.

Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON
http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html
facebook  http://www.facebook.com/galerie.ecritures

 

Galerie ECRITURES: sortie du livre

La galerie ECRITURES a le plaisir de vous présenter le livre qu’elle vient d’éditer :  

« Tranches de Vie de Château »

Haïku

Collectif Atelier d’Ecriture

Service Enseignement

 Photographies

Jean Marc VINCENT

Responsable Local de l’Enseignement

Maison d’Arrêt de Montluçon

 

« Tranches de Vie de Château » est le résultat d’un travail mené dans le cadre de l’atelier d’écriture de la Maison d’Arrêt de Montluçon. « Tranches de Vie de Château » est une série de photos en noir et blanc, chacune est accompagnée d’un court texte ou haïku. Les photos représentent les différents lieux et activités de la détention, lieux et activités dont les personnes détenues sont imprégnées. Le sujet de chaque photo a été proposé et choisi par les participants avant les prises de vue. A partir des tirages faits sur l’imprimante de l’école, les participants ont fait des annotations au dos de chacun. Toutes ces notes ont été reprises pour en faire un condensé sous forme de haïku. Ces photos veulent montrer un aperçu de l’univers de cette prison dans le respect de chacun tout en tenant compte des consignes de sécurité et de confidentialité.

De ces photos, naît l’histoire car l’image donne la parole, on se raconte alors pour se libérer de l’enfermement physique et psychologique. Ces photos ne sont pas seulement utilisées comme « pré-texte », juste pour dire ce que l’on a au fond de soi mais elles sont aussi des prétextes pour libérer la parole par la lecture et le partage dans et hors la détention. Les photos sont réalisées en noir et blanc car même si parmi les personnes détenues, certaines sont hautes en couleur, la vie en prison ne se décline qu’en niveaux de gris compris entre le sombre comme le sont les affaires, les idées, les costumes … en passant par le pas tout à fait clair pour aller jusqu’au très blanc du personnel de santé.

Les buts de ce travail sont donc de :

  • o        Libérer la parole des personnes détenues par un travail d’expression
  • o        Proposer une création artistique et esthétique
  • o        Montrer un univers qu’on ne souhaite à personne de connaître

 

Histoire de la Maison d’Arrêt

Les locaux de la prison de Montluçon ont été construits en 1746 pour être un lieu d’enfermement pour hommes et femmes. Elle est située, à l’époque, à l’intérieur du mur d’enceinte du château de Montluçon. La reconnaissance officielle de la qualité de prison n’a été donnée à ce lieu qu’à la Révolution par délibération du 19 octobre 1792. La dénomination « Maison d’Arrêt » date de 1884, elle est installée dans ces locaux construits en 1746 pour les cellules, le bâtiment d’entrée datant de 1850. Dès 1871 la prison de Montluçon se fait remarquer par son surencombrement, l’institution pénitentiaire n’ayant pas su s’adapter au fort accroissement de la population urbaine. La population carcérale dépasse alors occasionnellement 60 détenus.

Au début du XXème siècle, la maison d’arrêt a déjà l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui, même si l’organisation intérieure a été profondément modifiée. Ainsi les dortoirs de 12 personnes présents sur le plan de 1908, ont bien entendu disparu. Édifié au cœur du centre historique de la ville, à l’intérieur des remparts du château, l’établissement est l’une des plus petites prisons de France (effectif théorique de 21 places). Il est situé dans le ressort de la Cour d’Appel de Riom et du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Montluçon. Cette Maison d’Arrêt comporte un quartier de détention pour les hommes majeurs et un quartier de semi-liberté.

Le Titre

Tranches de Vie de Château : ce n’est pas toute la vie à la prison mais seulement des aspects des lieux et de ce qui s’y passe. Dans Montluçon et les alentours, quand on parle de la prison, on dit « Le Vieux Château » ou « Le Petit Château ». Quel parent n’a pas dit à son adolescent : « Si tu continues, tu vas finir au Vieux Château ! »

 

Format 20 x 30 cm, 120 pages en noir et blanc, 58 photos, couverture cartonnée

Prix de vente 15 €,

Disponible à la galerie   ECRITURES 1, rue Pierre Petit 03100 MONTLUCON

galerie.ecritures@live.fr

ou bien par correspondance par chèque de 20 €  (15€ + 5 € d’emballage et de port) à l’ordre de « galerie Ecritures »

 

A VOIR

Le reportage de FR3 

http://www.google.fr/url?url=http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/photo/des-detenus-racontent-en-mots-et-en-images-leur-vie-de-chateau-a-montlucon-158573&rct=j&frm=1&q=&esrc=s&sa=U&ei=T38OVK3FD5LqaOfngogP&ved=0CBQQFjAA&usg=AFQjCNFpr84rtqReOHKdm4KdpDLFbPHRTQ

 

Les 58 photos ont été tirées en format 60 x 90 cm.

Elles sont actuellement exposées au Tribunal de Grande Instance de Montluçon  (du lundi au vendredi de 9 h à 17 h), jusqu’au 31 décembre 2014, elles seront exposées à la Foire Exposition de MONTLUCON Hall C du 27 septembre au 5 octobre 2014, au printemps 2015 à la médiathèque de Montluçon.

Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON
http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html
facebook  http://www.facebook.com/galerie.ecritures

Galerie ECRITURES: exposition

La Galerie ECRITURES

présente du

18 Août – 15 Novembre 2014

les Artistes de la Galerie

 Ute BEST

CINQUIN

Roland COGNET

Bruno DANJOUX

José DUBOIS

ESTAQUE

FISSORE

GUERRERO

Pierre LAFOUCRIERE

Pierre MARCHAND

Claire MOREAU

Rémy PASTOR

 

Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON   http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html
facebook  http://www.facebook.com/galerie.écritures

 

Galerie Ecritures: vernissage José Dubois

affiche web ecritures

Vernissage Samedi 7 juin à partir de 10 h 30

José DUBOIS

« CORPORESSENCE »

Exposition du 7 Juin au 14 Août 2014

Galerie ECRITURES         1, rue Pierre Petit   03100 MONTLUCON

« …Le mal est propre à la victime et à la violence

Au persécuté et au persécuteur,

Il tire sa source du besoin et de son appétit insatiable.

Plus l’homme se nourrit plus la faim augmente… »

William S. Burroughs

Toute oeuvre d’art porte les traces du contexte historique traversé depuis sa naissance et dans la perception elle se présente comme une carte révélée, ouverte et instable des indices. Dans l’ordre des signes plastiques et des symboles de José Dubois aucun des éléments ne peut fonctionner en tant que signe sans renvoi à un autre élément qui tout simplement n’y est pas présent. La signification n’est pas donnée simplement, elle est toujours produite en processus de l’échange d’un élément par un autre, c’est à dire par l’établissement des différences entre les éléments du discours et entre les discours eux- mêmes dans le cadre de l’espace du tableau, la langue plastique étant le jeu systématique des différences.

Une fois posée, l’idée/contenu du tableau introduit en soi toute une série de lectures diverses, dont chacune prise à part, est échangée par la redisposition des valeurs des versions diverses. La peinture de José Dubois est multiple, en même temps biographique, historique, technologique, économique, politique, poétique, théorique. Le fond de ces tableaux fait partie de notre époque: une textualité sans bords déstructure, afin de le réinscrire, le motif métaphysique du référent absolu de la chose elle-même en son instance dernière! Le panorama pictural de la réalité n’a pour l’auteur qu’une face subjective, il fait lui-même partie de l’extase collective du spectacle. Ne participant pas directement à l’événement il contrait/soutient par son regard la réalité qu’il crée. Transfert, invasion, exil, migrations massives, nostalgie, errements, agressions, régressions tout cela fait partie de l’invétère de ses tableaux qui traversent notre époque comme un train transeuropéen pictural, théoriquement politique.

Tout le travail est stimulé par l’événement, télescopé entièrement dans la dramaturgie due à l’irruption subite de l’appareil optique, qui de loin réunit et dérange le champ du tableau en faisant communiquer mutuellement les zones, qui rentrent l’une dans l’autre se rapportant toutes l’événement dont l’histoire est renforcée par le fond et l’abîme du tableau. La trace du langage, en tant que citation sémantique fragmentaire, littérale ou non, indique par sa diversité détonante du tableau sa propre histoire des déplacements/citations et elle pourrait être d’une importance décisive pour la recherche des situations expressives, primaires et radicales, manifestée au delà de la langue quotidienne et formelle, cette trace- là est régulièrement présente dans les tableaux de José Dubois.

Dans la surface bidimensionnelle de la toile, José Dubois met en mouvement des scènes et des fragments de l’instant évoqués par la texture, les nuances tonales, la sensation de la couleur blanche et des détails qui forment le fond atypique de la composition, l’auteur y introduit simultanément par des zones psychologiques accrues ses propres interventions et rentre parfois dans des effets visuels mémorisés, parfois dans des situations fuyantes tout en participant activement par son observation et son témoignage existentiel incontestable sur le mouvement circulaire du système social, mouvement dont nous sommes tous des participants.

Par la blancheur dominante de certains tableaux José Dubois nous révèle sa connaissance de l’idiome du blanc, des spécificités de son chromatisme et de son optique, aussi bien que des réactions psychologiques qu’ils suscitent. Le tableau blanc naît rarement par accident et spontanément: son exclusivité et son radicalisme sont conditionnés dans le monde de la peinture surtout par des prémisses théoriques solides, autrement dit par des opérations mentales en tant que fruit de la réduction phénoménologique dans le domaine plastique qui recherche dans le minimum de la couleur blanche une expressivité égale ou maximale. La blancheur problématique du tableau -comme d’un mur blanc – suscite une réaction psychologique du retour en arrière vers soi, produit l’effet de surprise, exige un effort mental, mais aux initiés elle offre un plaisir particulier. Selon Kandinsky le mutisme du blanc, ou le son blanc n’est pas mort mais au contraire il regorge de possibilités. Nous considérons donc blanc comme la couleur de la neutralité et de l’espoir, couleur de la transition apparaissant souvent dans des rîtes d’initiation et de la re-naissance.

S. Stefanovic -2000

José DUBOIS

Né en 1970 José Dubois est diplômé des Arts Appliqués d’Yzeure et des Beaux Arts de Bourges. José Dubois vit et travaille à Bourges. Il a déjà exposé dans des lieux prestigieux en France, on trouve ses oeuvres dans certaines collections publiques. José DUBOIS expose et peint depuis 1986.

Expositions individuelles :

Galerie Athanor, Montluçon
Centre culturel, Commentry
Galerie C. International, Paris
Hôtel de ville, Bourges
Espace Henri Comte, Arles
Première exposition, Cérilly

 

Expositions de groupe

Centre Valéry-Larbaud – Vichy (03)

Office de Tourisme – Bourges (18)

Centre d’art contemporain Abbaye de Trizay – Trizay (17)

Biennale d’art contemporain – Galerie Entre Temps – Bourges (18)

Château d’eau, Bourges
Exposition itinérante « La Bible », France et Belgique
Château de Panloup, Moulins

Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON
http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html
facebook  http://www.facebook.com/galerie.ecritures