Anthony Rousseau: Invitation exposition « Renaissance et ses avatars » – Édouard Trémeau – Ronchin (59)

Bonjour à toutes et à tous,

Je me permets de vous inviter à l’exposition « Renaissance et ses avatars » de Édouard Trémeau qui se déroulera du 9 au 17 octobre à l’Hôtel de Ville de Ronchin.

Le vernissage se tiendra le vendredi 9 octobre à 18h30.

A cette occasion sera diffusée ma vidéo « Imago_Rome (II) », réalisée durant ma résidence à Rome l’an passé.

Au plaisir de vous revoir.
Bien à vous
Anthony

https://vimeo.com/96945511

http://edouardtremeau.blogspot.fr

http://anthonyrousseau.com

 renaissance

Anthony Rousseau: Avant-première installation Homo Bulla

 

anthony_avtpremière1
 
Bonjour à toutes et à tous,
 
Je me permets de vous convier le jeudi 4 juin pour une rencontre à 18h00, pour une avant-première de mon installation Homo Bulla, qui aura lieu à la Maison Folie Hospice d’ Havré au 100, rue de Tournai à Tourcoing.
 
En espérant vous rencontrer à cette occasion.
 
Bien à vous
 
Anthony Rousseau
 
Évènement Facebook : 
 
+++
 
Information :

Rencontre le jeudi 4 juin à 18h00 à la Maison Folie Hospice d’ Havré en présence de l’artiste Anthony Rousseau, accompagné de l’agence Acnot et de l’association COMBO.


Synopsis :
Homo Bulla est une installation interactive qui utilise le souffle du spectateur comme moyen d’exploration et d’activation de séquences audiovisuelles. En soufflant sur un interface tangible, le spectateur déclenche diverses séquences représentant la genèse. Celui-ci active alors un parcours qu’il module via son souffle déterminant les modalités et les variations d’une écriture visuelle et sonore en devenir.

Crédits :
Danse : Lydia Fromont et 
Thibaud le Maguer
Motion capture et design 3D : Marc Saison
Développement et programmation Unity : Anthony Kozak
Programmation interface et création sonore : Adrien Fontaine
Design textile : Brigitte Marchand

Ce projet a reçu le soutien de Pictanovo (Fonds Expériences Interactives), la Ville de Lille (programme « Lille : Ville d’Arts du Futur »), la Scam (lauréat bourse Pierre Schaeffer 2014), la Drac Nord-Pas de Calais, le Fresnoy, studio national des arts contemporains, l’ Imaginarium, COMBO et Acnot.

 

Anthony Rousseau: « Expériences Interactives : l’exposition » – Installation Homo Bulla – Hospice d’Havré – Tourcoing

Bonjour à toutes et à tous,
 
Je me permets de vous convier au vernissage de  « Expériences Interactives : l’exposition » (partenariat entre la Ville de Tourcoing et Pictanovo) qui aura lieu le 28 mai à 19h00 à la Maison Folie Hospice d’Havré, 100, rue de Tournai à Tourcoing.
Au plaisir de vous revoir ou de vous rencontrer à cette occasion !
Bien à vous
Anthony
+++
Cette exposition se déroulera du vendredi 29 mai au dimanche 19 juillet.
anthony_mai_sept2015Homo Bulla – Captures d’écran

A cette occasion, je vous invite à découvrir et expérimenter Homo Bulla : une installation interactive qui intègre le souffle du spectateur comme moyen d’exploration et d’activation de séquences audiovisuelles.

https://vimeo.com/112513707

Ce projet a reçu le soutien de Pictanovo (Fonds Expériences Interactives), la Ville de Lille (programme « Lille, Ville d’Arts du Futur »), la Scam (lauréat bourse Pierre Schaeffer), la Drac Nord-Pas de Calais, le Fresnoy, studio national des arts contemporains, l’ Imaginarium, COMBO et Acnot.

+++

 

L’île logique, suite

Bonjour à tous,

L’île logique est heureuse de vous présenter le petit clip de présentation du travail de création théâtrale que nous avons fait, en 5 semaines, avec une classe de 5e (Maubeuge) autour de leur programme de mathématiques :
Cette expérience est bien sûr renouvelable dans d’autres établissements, avec d’autres niveaux scolaires, et il est possible aussi, en moins de temps, de remonter la pièce avec des 5e !  https://www.youtube.com/watch?v=KFNUoj_D5-A

 

Par ailleurs n’hésitez pas à nous contacter pour la fête de la science ou tout autre manifestation !

Nous proposons, par exemple, en cette année de la lumière, un spectacle sur les principes de l’effet laser :

A quoi ce laser ???
Énergie, puissance, premier principe, onde, vitesse, fréquence, diffraction et compagnie, électrons, quanta d’énergie, photons, onde/corpuscule, laser (émission stimulée, inversion de population, fréquence et direction fixe, etc.) dans un truc loufoque où des personnages sortis de nulle part n’ont rien à faire ici, le côté obscur de la lumière…
http://ilelogique.fr/index.php/les-spectacles/82-aquoicelaser

Merci à vous,
bien cordialement,

Cédric
www.ilelogique.fr

Anthony Rousseau: A partir de William S. Burroughs…

anthony_burroughs

Bonjour à toutes et à tous,

Je me permets de vous faire partager mes deux dernières créations audiovisuelles autour de l’univers littéraire de William S. Burroughs, VIRUS B23 (2015) et État-Limite (1998-2015) qui viennent compléter deux autres projets La dernière lettre du Yage (2000) et Interzone : Burroughs rock ‘n’ roll (2001) réalisés peu de temps après la mort de l’écrivain américain.
Bien à vous
Anthony Rousseau
Liens Vimeo

Anthony Rousseau: Installation Homo Bulla – En attendant le teaser définitif…

http://vimeo.com/111922126

anthony-homo_bulla

Homo Bulla est une installation interactive qui intègre le souffle du spectateur comme moyen d’exploration et d’activation de séquences audiovisuelles. En soufflant sur une interface tangible, le spectateur va déclencher diverses séquences représentant l’origine du monde.

Le spectateur active alors un parcours personnel qu’il module via son souffle déterminant les modalités et les variations d’une écriture visuelle et sonore en perpétuel devenir…
Ce projet pluridisciplinaire s’inscrit dans le contexte artistique personnel d’Anthony Rousseau.
En effet, il est une amplification des recherches sur les différentes interfaces (tangibles et sans contact) et sur la question du « spect-acteur » à l’oeuvre, notamment à travers l’aspect narratif.
À partir de 2009, il s’oriente vers la réalisation d’oeuvres interactives et multimédia, avec comme domaine de réflexion la question de l’interface notamment avec l’installation TRAME (2009), qui met en place une interface textile interactive. Chaque pièce, aussi différente soit-elle, est l’occasion de proposer à un large public, de nouveaux protocoles et de nouveaux usages de l’oeuvre grâce à des technologies issues des jeux vidéos et du domaine de la communication (l’installation Convergence 1.0 (2010) utilise par exemple une caméra Kinect© issue des jeux vidéos comme interface sans contact).
Ici, la question du souffle comme moyen d’interaction fait écho à l’installation emblématique de Edmond Couchot, de Michel Bret et de Marie-Hélène Tramus. « Je sème à tout vent »(1990).
Homo Bulla met en place un dialogue simplifié et immédiat entre l’Homme et la Machine pour générer une oeuvre ouverte (à l’interprétation, à l’appropriation…).
Ce projet ne cherche pas à (re)produire du réel mais propose d’investir, d’insuffler d’autres réalités, notamment narratives, dont la force éolienne devient le système opérant. Elle commande les apparitions, les enchainement et les modulations des divers éléments iconographiques et musicaux.

Rock Progressif Seventies – Eleventh Moon

http://youtu.be/VnfVFrJ9gtI

Site: http://www.eleventh-moon.com/

Eleventh Moon est un groupe cover de rock progressif seventies. L’objectif de notre formation est de vous faire réécouter, en live, des groupes comme Pink Floyd, Genesis, King Crimson, Supertramp, Yes, ou encore d’autres moins connus comme Gentle Giant, Camel, Caravan, etc.

http://l.facebook.com/l/KAQGw2pWN/www.youtube.com/watch?v=VnfVFrJ9gtI

BD: Harpignies, l’interview d’Elric

http://www.maxoe.com/rama/culture-dossiers/focus-livres/harpignies-linterview-delric/

28.10.14, 16:10 | Par

Dans : Livres/BD

Tag(s) :

HARPIGNIES_mep.indd

Harpignies

Harpignies d’Elric et Darnaudet (Paquet)

Le jeune Eric Harpignies sillonne une campagne verdoyante censée l’inspirer. Chevalet sous le bras, sac en bandoulière coiffé d’un haut de forme qui lui donne un air fin de siècle il semble un peu perdu dans ses pensées. Il faut dire que le jeune homme ne sait pas trop où il en est dans sa vie. Tiraillé qu’il est entre une petite amie qui lui fait humer le goût de l’interdit, une famille sans le sous qui vend les tableaux d’un aïeul bien connu des spécialistes de la peinture fin XIXème siècle, et sa vie professionnelle qui manque sacrément de relief, deviendra-t-il peintre ? Musicien ? Ou rien de tout cela ? Mais revenons un peu en arrière pour tout comprendre. Eric possède donc un ancêtre qui a fait les beaux jours de l’école de Barbizon, Henri de son prénom, né en 1819 et décédé à l’âge canonique de 97 ans qui peignait des paysages avec une facilité déconcertante. Mais pour l’instant nous n’en sommes pas là. La grand-mère d’Eric vient de décéder et les parents du jeune homme pas particulièrement en fonds se décide à vendre la dernière toile d’Henri Harpignies, pour un prix qui correspond à l’oubli actuel du peintre, c’est-à-dire pas grand-chose, mais de quoi retarder les échéances des banques qui se font pressantes. Le train qui le mène vers Paris se trouve bloqué en gare de Montpellier et le jeune homme décide alors de partir visiter la ville, et découvre un peu par hasard le musée Fabre, qui pourrait afficher des tableaux de son aïeul. Le musée n’est pas particulièrement bondé et il tombe en grâce devant une belle jeune fille qui reproduit un tableau d’un des membres de l’Ecole de Barbizon. Coïncidence ? Peut-être, en tout cas les deux vont faire un petit bout de chemin ensemble au point d’envisager, devant le talent d’Eric pour la peinture, de se faire faussaire !

Une histoire d’amour en apparence toute simple. Eric et Marie possèdent des passions communes pour la peinture, pour la musique, pour la liberté aussi de vivre sans se soucier du lendemain. Ils possèdent aussi se brin de détachement face aux réalités du monde et cette pincée d’insouciance qui pourrait les mener sur des sentiers glissants. Avec Harpignies, Elric (Dufau) le dessinateur de ce projet, qui est un descendant du maitre paysagiste livre avec Darnaudet au scénario un récit particulièrement frais. Tout en dressant la biographie du peintre les deux auteurs donnent à voir, en avec pas mal d’humour, le destin de deux êtres qui se lient. Idée ô combien originale pour parler du peintre sans se faire trop pesant ou didactique. Un album découverte qui ne laisse pas indifférent et s’achève cerise sur le gâteau, par des documents sur le peintre Henri Harpignies et des reproductions d’un carnet comprenant des esquisses de portraits (rares pour le paysagiste).

Elric & Darnaudet – Harpignies – Paquet – 15,50 euros

http://youtu.be/acIVyx7-d7w

<br />

https://www.facebook.com/francois.darnaudet/posts/783383921726320