La Vie: A Niort, une webradio pour dépasser les murs de l’hôpital

Site de radio Pinpon émissions à partir du 25 septembre

Sur France Inter, dans Carnet de Campagne, vendredi 14 septembre (14 minutes)
La Vie: A Niort, une webradio pour dépasser les murs de l’hôpital
Publié le 12/09/2018 à 08h45 – Modifié le 12/09/2018 à 10h33 Laurent Grzybowski

http://www.lavie.fr/solidarite/carnets-citoyens/a-niort-une-webradio-pour-depasser-les-murs-de-l-hopital-12-09-2018-92709_459.php

Des patients de l’hôpital psychiatrique participent au lancement d’une radio associative pour faire tomber les préjugés dont souffrent les personnes atteintes de troubles psychiques.

« Chers auditeurs, bienvenue sur Radio Pinpon, la radio qui donne la parole à ceux qui ne l’ont jamais ! » Animée par des patients de l’hôpital psychiatrique de Niort (Deux-Sèvres), sous l’impulsion d’une équipe thérapeutique soucieuse de « démystifier la folie » et de lutter contre l’exclusion sociale des personnes souffrant de troubles psychiques, Radio Pinpon commencera à émettre le 25 septembre. « Notre objectif est double », précise Eric Lotterie, initiateur de ce projet lancé il y a trois ans : « Faire évoluer l’image des maladies psychiques auprès du grand public et changer la perception que les malades ont d’eux-mêmes, en leur permettant de ne pas vivre leur maladie comme une honte, mais comme une différence positive. »

Il fallait bien être un peu fou pour oser se lancer dans un projet pareil ! Un grain de folie parfaitement assumé par Eric Lotterie, infirmier psychiatrique depuis bientôt vingt-cinq ans. Passionné par son travail et par la relation avec ses patients, ce soignant anime depuis des années la P’tite Cafete, un espace ludique et convivial situé en plein cœur de l’hôpital. Un endroit refuge, ouvert 7 jours sur 7, où les personnes hospitalisées peuvent venir boire un café ou un jus d’orange et partager les petits bonheurs ou les petites misères du quotidien. L’idée de créer cette radio est née dans ce contexte, pour prolonger les échanges et les ouvrir au plus grand nombre.

« Radio Pinpon est un médiateur idéal pour insuffler de la vie et de l’humanité dans les prises en charge des patients atteints de troubles psychiques », poursuit Eric Lotterie. « La communication et le rapport aux autres est affecté chez ces personnes et il faut bien constater que la société n’est pas tendre avec les improductifs. L’incompréhension et la peur font le reste. » En attendant le grand jour, des heures d’émissions et d’entretiens ont déjà été enregistrées. Enthousiasmés par le projet, des patients sont venus spontanément proposer des rubriques ou des sujets d’enquêtes ou de reportages. D’autres ont rejoint l’aventure sur prescription médicale, ce qui fait de Radio Pinpon un espace thérapeutique reconnu. « Permettre à des personnes en souffrance psychique de participer à un projet collectif et de s’exprimer publiquement devant un micro peut contribuer à leur mieux-être. »

En attendant de vous connecter par internet sur Radio Pinpon, ne cherchez pas le programme, il n’y en a pas. « Nous ne voulons surtout pas de grille, il y en a déjà bien trop partout ! », lance avec humour Eric Lotterie, pour qui cette radio se veut avant tout un moyen de dépasser les murs : « ceux de l’hôpital, mais encore plus, ceux des peurs et des préjugés ». A toute heure du jour ou de la nuit, les auditeurs vont pouvoir suivre les histoires complètement dingues de Little bike Pierrot, les blagounettes de Luc et les petits meurtres radiophoniques de Patricia ; se cultiver avec Totof, le mélomane qui a la tête dans les étoiles et son émission de musique classique « Pinponoclasiko » ; partager les humeurs changeantes de Maeva ou de Mémère ou partir à la découverte du monde culturel du coin et d’ailleurs, à travers des reportages et des interviews.

La suite de l’article à http://www.lavie.fr/solidarite/carnets-citoyens/a-niort-une-webradio-pour-depasser-les-murs-de-l-hopital-12-09-2018-92709_459.php

France Inter: Chrystèle Leclercq, infirmière en psychiatrie : « Pour faire des économies, on fait disparaître les soins »

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h15/l-invite-de-7h15-18-aout-2018

L’hôpital psychiatrique Philippe-Pinel de Dury, près d’Amiens est en grève depuis le 15 Juin dernier.

Une infirmière porte une blouse blanche ornée d’un slogan qui se traduit par «Je suis une infirmière, pas une machine», marche dans un hôpital psychiatrique surpeuplé. © AFP / CHARLY TRIBALLEAU
La fermeture d’un service supplémentaire – le quatrième en quatre ans – a mis le feu aux poudres. Suite à cette décision, le personnel soignant s’est mis en grève.

Initiée par la CGT, rejointe par FO puis par Sud, la grève vise à faire entendre les revendications suivantes  :  mettre en place une table ronde avec l’agence régionale de la santé (l’ARS), la direction et le personnel, des moyens supplémentaires, le recrutement de soixante soignants ainsi que la réouverture de deux unités de soin.

Pour en parler, Laetitia Gayet reçoit Chrystèle Leclercq, infirmière depuis vingt-deux ans et secrétaire générale de la CGT.

Réécouter l’enregistrement : https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/6fd62aa6-78ee-438e-8d03-fd991b3230bb

PINEL en lutte

Opération péage gratuit
Péage de Dury

Sur le même sujet dans Le Monde:

Dans les hôpitaux psychiatriques, les soignants dénoncent une situation « critique »

A Paris, le chef de service de pédopsychiatrie de l’hôpital Robert-Debré tire la sonnette d’alarme. A Amiens, la grève se poursuit depuis juin. https://www.lemonde.fr/sante/article/2018/08/18/dans-les-hopitaux-psychiatriques-les-soignants-denoncent-une-situation-critique_5343762_1651302.html

Les centres médico-psychologiques débordés

Entre économies de personnel et demande toujours croissante, ces structures se battent pour rester un maillon essentiel des soins de santé mentale.

LE MONDE | 17.08.2018 à 06h32 • Mis à jour le 18.08.2018 à 10h52 | Par Aurore Esclauze

https://www.lemonde.fr/sante/article/2018/08/17/les-centres-medico-psychologiques-debordes_5343282_1651302.html

La psychiatrie, un secteur en état d’urgence

Editorial. Longs délais de prise en charge, soignants à bout, familles et patients abandonnés, la situation dans les services de psychiatrie est critique. Or, les pouvoirs publics ne semblent pas en mesurer la gravité.

LE MONDE | 18.08.2018 à 10h52

https://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2018/08/18/la-psychiatrie-un-secteur-en-etat-d-urgence_5343765_3232.html

Isabelle Aubert-Baudron: Des équipes indépendantes aides-soignantes et infirmières de services à la personne : une alternative au travail en institution

https://generalsemantics4all.wordpress.com/2018/07/08/isabelle-aubert-baudron-des-equipes-independantes-aides-soignantes-et-infirmieres-de-services-a-la-personne-une-alternative-au-travail-en-institution/

Soutien hôpital Pierre Janet

Contenu

Nous réapproprier notre travail

Ce qui existe déjà.

– Les associations de service à la personne.

– Les HAD  (hospitalisation à domicile).

Comparaison avec des équipes indépendantes.

– Précision.

Exemple de planning.

Détail des salaires et coût pour les employeurs.

– En comptant trois clients.

– En comptant un quatrième client permettant d’arriver à 140 h par mois.

CQFD.

Comment procéder pratiquement quand on travaille en institution.

Niveau immobilier.

Conclusion.

José Altimiras, Etienne Rouziès: UN TICKET POUR UN TRAM

VOIX éditions

http://www.voixeditions.com

 José a encore sévi, à travers cette BD dans laquelle il nous fait voyager à bord du tram dans le Perpignan de la deuxième moitié du XXème siècle. Ce circuit touristique est commenté, sous la plume d’Etienne Rouziès, par deux voyageurs dont je me garderai de vous dévoiler l’identité. Vous la découvrirez à travers cet album, publié par Richard Meier chez Voix Editions.
D’autres BD de José Altimiras chez Interzone Editions:
Le Taxidermiste (versions française, anglaise et néerlandaise), textes de François Darnaudet, adapté du roman Le Taxidermiste (François Darnaudet & Thierry Daurel),
Central Hôtel, texte de Guy Marcenac, d’après le roman Les  Clients du Central Hôtel, d’André Héléna.
I. Aubert-Baudron
Un ticket pour un tram – José Altimiras, Etienne Rouziès
Un ticket pour un tram – Quatrième de couverture

Galerie Didier Devillez: Exposition Maria Dukers

Didier Devillez
a le plaisir de vous convier
au vernissage de l’exposition

MARIA DUKERS

Lumière Matière

le samedi 30 septembre 2017
de 16 à 19h

exposition
du 5 au 28 octobre 2017
ouvert les jeudi, vendredi et samedi
de 14 à 18h30
et sur rendez-vous

GALERIE DIDIER DEVILLEZ
53 rue Emmanuel Van Driessche
1050 Bruxelles (Belgique)
Tél./Fax +32 (0)475 931 935
devillez@skynet.be
galeriedidierdevillez.be 

Le diaporama final du Bar’bouilleur

Eeeeet bien voila… le diaporama final du bar’bouilleur de cet été. rendez-vous sur une prochaine édition Bacchus seul sait où, Zeus seul sait quand. Merci à TOUTES et TOUS , vous sans qui ça n’aurait pas été ce que ça a été... allez…la bise
ah oui, le lien :
encore 8001545554 mercis pour votre présence constructive et enrichissante​
l’équipe du « Bar’bouilleur » : Christine, Béa, Philippe et Boss.