Galerie Ecritures: Exposition Pierre MARCHAND

Pierre MARCHAND

Des Arbres et des Hommes

Exposition du 20avril au 15 juin 2013

Peintures et sculptures

Vernissage le samedi 20 avril de 10 h 30 à 12 h 30

Peintures

En lien étroit avec la nature et les questionnements suscités par les atteintes constantes portées à l’environnement, la peinture de Pierre MARCHAND apparaît comme une tentative de réconciliation.

Il confronte la rigueur géométrique de ses assemblages de papiers à l’énergie du geste, intensément coloré. Réunissant ainsi ce qui semblait séparé, le peintre révèle la croissance prolifique et la multiplicité de forme des végétaux dans l’espace du tableau. Une œuvre picturale lumineuse, au sein d’une évocation artistique ou les aplats de couleurs, arabesques ou nervures végétales librement tracées, ordonnent un apparent désordre rythmé au gré des quatre saisons.

Un chemin de vie végétale, circulaire et éternel, dématérialisé certes, mais bien vivant. Ou encore utopique, frêle, fantasmagorique et mystérieuse, la série des « jardins clos » est au final, empreinte d’un fragile équilibre, troublé le plus souvent par la main de l’homme. Un bel hymne à la nature qui interroge et médite sur la place de l’homme dans le monde et l’équilibre de la nature.

 

Les Arbres

Le regard de l’Arbre

André MALRAUX parle de l’arbre comme d’une image indestructible, inépuisable image qui imprègne toutes les cultures du monde.

« Peindre un arbre est pour moi une évidence, une continuité dans ma quête qui tend à rapprocher l’homme de la nature. Picturalement mon regard doit apprivoiser son mouvement, chercher sa densité, sa force, mettre en valeur son caractère unique, inscrire l’arbre dans l’immensité du ciel, traduire la relation entre l’arbre et le monde dur. »

L’homme doit capter cette énergie libérée dans l’espace afin de se rapprocher du monde végétal.

Un artiste nous livre toujours de quelque façon son regard  sur le monde. Et cela quelles que soient sa démarche, sa technique,  sa façon de se situer (ou pas) dans l’histoire des arts.

Quelle est donc la vision de Pierre MARCHAND,  peintre et sculpteur ?

Sculptures

Ce qu’il donne à voir nous projette dans un univers d’arbres, de végétaux et de saisons : jardins  clos

Hommes  graines,  le regard de l’arbre… Avons-nous à faire à un paysagiste ? Il n’en est rien. Car dans son œuvre la nature n’est pas représentée. Et elle nous interroge. A une époque où de mille façons l’homme ne cesse de rompre son pacte immémorial avec la nature, Pierre MARCHAND nous restitue avec la force de l’évidence l’émotion primitive du contact perdu.

L’arbre est un motif  central.  Vigoureux, dense et coloré sur ses toiles, il devient dans l’œuvre sculptée le matériau privilégié, doté d’un double langage : celui du chêne, orme ou cèdre qu’il a été, et celui de l’objet nouveau qui le rend à la vie. Regardons les Hommes  graines,  êtres hybrides jaillissant parmi leurs frères végétaux : silhouettes longilignes et graciles, puissantes pourtant, marquées de stries et noircies par le feu. Telles des rescapées de la folle guerre que l’homme mène contre la nature – ainsi en est-il de la forêt amazonienne – elles clament silencieusement le triomphe du vivant.

Qui dit arbre dit jardin. Un jardin toujours  rêvé, souvent perdu. Un mythe souvent  revisité, mais qui se lit en filigrane, dans l’œuvre de Pierre MARCHAND, comme le tremblant espoir d’une renaissance.

Monique SERPINSKY.

 

JARDINS METAPHORES

Le jardin, on le sait, est au delà de son utilité un sujet constant d’inspiration artistique. Pas seulement pour l’apprivoisement et la mise en ordre de la nature qu’il propose, mais comme métaphore des aspirations humaines. Le Moyen Age avait ses jardins mystiques, l’Extrême-Orient ses jardins philosophiques, on connaît les compositions troublantes de Jérôme Bosch « le jardin des délices »  et le « jardin des supplices » et aussi la conclusion devenue proverbe du conte de Voltaire « Candide » : «  il faut cultiver son jardin » c’est à dire savoir organiser sa vie sans rêver d’impossible.

C’est dans ce registre métaphorique que se situe le travail que propose actuellement Pierre MARCHAND « jardins clos ». Une série d’œuvres ou plutôt une œuvre en plusieurs tableaux, réalisés au même format et selon le même vocabulaire plastique. Six rectangles de même dimension, peints en gestes rapides dans la même gamme restreinte de couleurs acryliques, mais, si l’on peut dire, chacun pour soi, puis assemblés en un tableau plus grand. L’assemblage est ensuite retravaillé, pour assurer sa cohésion plastique. Il ne s’agit donc pas d’illustrer un thème, mais de concevoir l’espace de la toile comme un espace cultivé, chacun des six rectangles étant assimilable aux planches qui divisent un jardin, cultivées isolement, l’unité de l’espace étant portée par l’ordonnance globale du jardin clos.

Le propos pourrait sembler bien conceptuel s’il n’était pas porté par l’énergie gestuelle du pinceau et par la sensualité des couleurs.

Georges CHÂTAIN.

Galerie ECRITURES 1 rue Pierre Petit 03 100 MONTLUCON    http://www.koifaire.com/auvergne/galerie,ecritures-15609.html facebook  http://www.facebook.com/galerie.ecritures

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s