Conseil scientifique du 25 octobre : la question du plagiat

Chers Collègues, membres du Conseil scientifique de l’Université Paris 8,

La Présidente Danielle Tartakowsky a prévu d’intervenir au Conseil scientifique du 25 octobre 2012 sur les graves affaires de plagiats héritées de la présidence de Pascal Binczak.

Comme je lui en ai fait part lors d’un entretien à la mi-septembre et à nouveau dans un mail récent, des nombreux dossiers en souffrance sur le plagiat à Paris 8 celui qui concerne l’annulation du diplôme et de la thèse de Sang-Ha Suh me paraît le plus urgent à traiter (cf. fichier These plagiaire SH-SUH.25.05.2012.doc).

En effet, Raymond Bérard, le Directeur de l’Agence bibliographique de l’Enseignement supérieur (ABES), attend une décision de Paris 8 pour pouvoir légalement procéder au retrait de la notice de cette thèse qui est toujours en ligne sur la base SUDOC (cf. le fichier Courrier Directeur ABES. SUDOC.pdf).

Précisons que dès le lendemain de la mise en ligne de mon article 400pages de plagiats, 20,33 euros, cette thèse avait été retirée du Catalogue de l’Atelier national de reproduction des thèses (ANRT) à l’initiative de son directeur. Il est d’autant plus dommage que la direction de Paris 8 n’ait pas eu un réflexe aussi naturel et rapide.

On notera :

* Sang-Ha Suh, auteur de cette thèse, plagiaire à près de 100%, a été autorisé à la soutenir le 10 juillet 2006 par son Directeur de thèse et le Directeur du laboratoire Paragraphe, respectivement nos collègues Patrick Curran et Imad Saleh. Ceci, bien que ces derniers aient été préalablement informés – de nombreux mails en attestent – que Sang-Ha Suh avait déjà plagié à 100% son mémoire de DEA. Nos collègues s’étaient alors opposés à l’ouverture d’une procédure d’annulation de ce diplôme de DEA.

* À la suite de mes alertes lancées en janvier 2010 à propos de deux thèses, dont celle de Sang-Ha Suh, Pascal Binczak, Président de Paris 8, et Élisabeth Bautier, Vice présidente du Conseil scientifique ont suscité la création d’une Commission déontologie chargée de traiter les affaires de plagiat.

Cette commission de 9 membres réunissait notamment les 3 Vice-présidents – Élisabeth Bautier, Christine Bouissou et Jean-Marc Meunier –, et les 4 Directeurs d’Écoles doctoralesMario Barra-Jover, Alain Bertho, Laurence Gavarini et Jean-Pierre Olive.

On est donc d’autant plus étonné que cette Commission déontologie ait, avec l’appui de Pascal Binczak, été conduite à valider une thèse plagiaire à près de 100% et par la même à porter gravement atteinte à la réputation de l’Université Paris 8 et ainsi faire un tort considérable à ses enseignants-chercheurs comme à tous ses doctorants.

* Vous trouverez en fichier joint une version non définitive d’un dossier qui sera prochainement mis en ligne sur le blog Archéologie du copier-coller. Plus aucun membre du Conseil scientifique ne pourra ainsi affirmer ne pas avoir été informé des détails de l’affaire Sang-Ha Suh / Commission déontologie de Paris 8.

*Pour une information complète sur cette affaire Sang-Ha Suh / Commission déontologie de Paris 8, on pourra aussi se reporter à  :L’université Paris8, sa direction, sa Commission déontologie et sa thèse-pur-plagiat écrite « sous le signe de l’excellence ».

D’autres dossiers en souffrance, que Danielle Tartakowsky souhaitera certainement rapidement voir traités, concernent notamment :

– d’autres décisions et évaluations de la Commission déontologie.

– d’autres thèses plagiaires soutenues au sein du Laboratoire Paragraphe.

– d’autres expressions intempestives du soutien répété de Pascal Binczak, précédent Président de Paris 8, à plusieurs collègues enseignants-chercheurs, plagiaires attestés.

– le retrait rapide d’articles plagiaires de collègues enseignants-chercheurs toujours en ligne, où figure le nom de l’Université Paris 8.

– l’attitude de l’Université Paris 8 lors du procès en diffamation que m’a fait notre collègue Khaldoun Zreik.

– une affaire de blanchiment de plagiaire par des enseignants de Paris 8, sous la présidence de Pierre Lunel.

– la mise sur pied d’une procédure qui garantisse que le traitement des alertes au plagiat se fera à l’avenir dans le strict respect de la déontologie.

Sous la présidence de Pascal Binczak, les termes « déontologie » (de « Commission déontologie« ), « scientifique » (de « Conseil scientifique« ) et « expert » (de « experts anonymes« , les préférés  de la « Commission déontologie« ) ont été particulièrement maltraités. Il s’agit simplement pour ce nouveau Conseil scientifique de rendre leur sens aux mots.

Comme nous l’écrivait le 4 février 2010 notre collègue Mario Barra-Jover, aujourd’hui Vice-président du Conseil scientifique  – il était alors sidéré par l’ampleur des plagiats qu’il découvrait à la suite de mes alertes à propos des thèses de Majed Sanan et Sang-Ha Suh –,J’ai bien lu votre dossier et, en effet, il y a peu de chose à dire face aux faits ».

Et les faits sont têtus.

Cordialement,

Jean-Noël Darde

MCF – Université Paris 8

Fichiers joints :

THESE PLAGIAIRE SH-SUH.25.05.2012

these plagiaire Sang-Ha SUH et Com. Deontologie

Courrier Directeur ABES. SUDOC

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s