Exposition BRION GYSIN

Didier Devillez a le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition

BRION GYSIN (1916-1986)
Calligraphies, permutations,
cut ups, photographies

le jeudi 19 janvier 2006 de 18 a 21 h
exposition du 20 janvier au 25 fevrier 2006
ouvert les jeudi, vendredi et samedi de 14h00 18h30
et sur rendez-vous
GALERIE DIDIER DEVILLEZ

53, rue Emmanuel Van Driessche
1050 Bruxelles (Belgique)
Tel/fax 32(0)2 215 82 05
Mobile 32(0)475 931 935
devillez@skynet.be 
en collaboration avec la Galerie de France

Catherine Ruelle realisations graphiques cath.ruelle@skynet.be
Reproductions : Luc Schrobiltgen Merzlota Production
En permanence : Richard Ballard Jean-Louis Bentajou Michel Carrade Brion Gysin Thierry Goffart Jean-Luc Herman Gilbert Herreyns Andre Kneib Nolle Koning Jacques Lennep Brigitte Le Caisne Ari Mandelbaum Stephane Mandelbaum Marc Mendelson Georges Meurant Henri Michaux Franois Muir Claudine Peters-Ropsy Eugene Savitzkaya Lionel Vinche Andre Willequet Marek Wyrzykowski
Sans titre, 1959 Naked Lunch Byzantine Golden Boys (cut up), 1974

"Ces tableaux, comme tous mes tableaux depuis plus de quinze ans, se lisent de droite gauche et de haut en bas. De haut en bas comme la lecture du japonais qui m’a ete enseignee a l’armee en 1943-44. De droite gauche comme l’arbre que j’avais devant mes yeux de 1950 1973. L’espace pictural apparait donc d’une maniere autre que du point de vue occidental habituel.
Ecrivez (dessinez) l’une de ces ecritures par-dessus l’autre et qu’avez-vous ? Une grille : le carre cabalistique, l’ecriture magique. Une construction de l’esprit pour controler la matiere et mieux connaitre l’espace. Au Maroc en 1957, jai trouve une de ces ecritures qui m’etait destinee personnellement : qu’il quitte ce foyer comme la fumee quitte sa cheminee Le lendemain c’etait fait et j’etais  la rue en chemise. J’ai tres longuement pondere la puissance de cette grille.
A Rome en 1961, l’idee m’est venue de me faire un rouleau comme un rouleau de peintre en batiment, pour rouler une grille a l’infini. Peu de temps apres, j’ai note que mes photos contacts (24×36) se glissaient clandestinement dans la trame de mes grilles et s’y trouvaient a leur place, jouant leur role de repere instantane dans le temps et dans l’espace.
A Paris, avec William Burroughs par la suite, j’ai passe mon rouleau imbibe d’encres de couleurs sur des collages de ses textes et des images trouves dans les revues et les journaux.
[] Quand j’ai commence avec la photo en couleurs, j’ai remarque combien la planche contact toute entiere formait ma grille quand on garde les bandes temoins. Je me suis enfin rendu compte que la bobine dans mon appareil est elle-meme un rouleau. Je me suis mis a l’employer comme tel." Brion GYSIN
Brion Gysin mourut d’une attaque cardiaque un dimanche matin, le 13 juillet 1986. Il fut le seul homme que j’aie jamais respecte. J’en ai admire beaucoup, estime et evalue encore d’autres, mais je n’ai respecte que lui. Sa presence fut royale, sans une trace de pretention. Il fut de tout temps impeccable.
William Burroughs (1986)
Le dernier Musee, 1974 Roller poem II, 1977

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s